A peine condamné, Paul Manafort, l’ex-directeur de campagne de Trump, est à nouveau inculpé

A peine condamné, Paul Manafort, l’ex-directeur de campagne de Trump, est à nouveau inculpé

L’ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a été de nouveau inculpé mercredi, cette fois-ci pour fraude à New York, le jour même de sa condamnation, à Washington, à 43 mois de prison, qui s’ajoutent à une première peine de 47 mois.

L’ancien lobbyiste et homme d’affaires de 69 ans est accusé, dans le dossier new-yorkais, d’avoir obtenu frauduleusement plusieurs millions de dollars de prêts, selon l’acte d’accusation.

Paul Manafort a été inculpé mercredi de 16 chefs d’accusation différents, dont le plus sérieux, la fraude au prêt immobilier, est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 25 ans de prison dans l’Etat de New York.

Les faits présumés s’étalent entre 2015 et 2017.

Enquête russe

L’homme d’affaires a collaboré de mars à août 2016 à la campagne de Donald Trump, dont il a été nommé directeur en mai de la même année.

La semaine dernière, il avait déjà été condamné à 47 mois d’emprisonnement pour fraudes fiscale et bancaire par un tribunal de Virginie.

Mercredi, un tribunal de Washington a prononcé contre lui une peine de 43 mois de prison supplémentaires pour des malversations dans le cadre de l’enquête russe du procureur spécial Robert Mueller.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite