Elections 2019: les listes Ecolo pour la chambre et la Région bruxelloise approuvées

Elections 2019: les listes Ecolo pour la chambre et la Région bruxelloise approuvées

Les militants Ecolo de Bruxelles ont approuvé mercredi les listes des candidats à la Chambre et à la Région de Bruxelles-Capitale en vue du scrutin du 26 mai prochain. Les têtes de liste étaient déjà connues puisque ce sont Zakia Khattabi et Alain Maron qui tireront respectivement la liste bruxelloise à la Chambre et la liste régionale.

Aux côtés de Zakia Khattabi, actuelle coprésidente du parti Ecolo, figureront notamment sur la liste fédérale bilingue Ecolo-Groen les journalistes Maroun Labaki et Anouk Van Gestel, la comédienne Jasmina Doueib et l’experte en soins de santé pour la Mutualité chrétienne Pauline van Cutsem. Des candidats Groen seront également présents sur la liste, parmi lesquels Tinne Vanderstraeten, Anthony Baert et Mathias Gyselen.

« Fiscalité verte »

Pour la Région, le député Alain Maron pourra compter sur le soutien de la directrice de l’Atelier de recherche et d’action urbaines (Arau) Isabelle Pauthier, de Marcela de la Peña (chargée de mission à l’ASBL Le Monde Selon Les Femmes et coordinatrice de la Marche mondiale des Femmes) ainsi que du secrétaire de l’ASBL Kaleo Benoît César et du journaliste et essayiste Henri Goldman. Perrine Collin (fondatrice de l’entreprise Cycad qui fabrique et loue des vélos en bambou), Benjamin Vella (membre du mouvement citoyen ProBruxsel) et Farida Tahar (coordinatrice d’une ASBL d’appui social et juridique) rejoignent également la liste régionale.

Ces onze candidats «se mobilisent aux côtés d’Ecolo pour une transition écologique et solidaire. Ils réclament une politique climatique ambitieuse, efficace et coordonnée, une fiscalité plus verte et plus juste, une politique qui comble le fossé social que les gouvernements se sont ingéniés à creuser toujours plus. Enfin, ils portent une vision d’ouverture sur le monde, opposée au nationalisme et au repli sur soi», indique le parti dans un communiqué.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  2. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

  3. Thomas Gunzig, Laurent Durieux et Jaco Van Dormael ont bourdonné d’idées autour de la table à dessin de François Schuiten.

    Le making-of du nouvel album de Blake & Mortimer, «Le Dernier Pharaon»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite