Facebook, Instagram, Messenger, WhatsApp: panne de grande ampleur du géant des réseaux sociaux

© AFP
© AFP

Après plus de 10 heures de panne, Facebook semble à nouveau fonctionner normalement en Belgique, ce jeudi matin. Les dirigeants de l’entreprise affirment qu’il ne s’agissait pas d’une cyber-attaque.

Facebook a été aux prises dans la nuit de mercredi à jeudi avec une panne de grande ampleur, privant d’accès totalement ou partiellement de nombreux utilisateurs de Facebook, Instragram, Messenger et WhatsApp.

D’autres problèmes en vue

Cette panne, qui pourrait être la plus importante connue par le groupe, n’était que l’un des soucis du réseau social. Le New York Times a indiqué mercredi soir qu’il était visé par une enquête pénale, lancée par des procureurs à New York, autour de ses partages de données personnelles avec d’autres groupes technologiques.

Sur la page « Facebook for developpers », dédiée à ceux qui mettent au point les applications qui interagissent avec ses services, le groupe évoquait une panne signalée à 10h30 heure de la Californie (17h30 GMT).

À la même heure, le réseau social avait tweeté être « au courant » du fait que « certains utilisateurs » rencontraient « des problèmes » et promettait de les résoudre « le plus vite possible », sans dire d’où venait la panne.

Les twittos ironiques

Selon les témoignages circulant sur internet ou recueillis directement par l’AFP, les difficultés étaient de nature et d’importance variable, certains usagers ne parvenant pas du tout à se connecter, d’autres ne pouvant pas publier ou commenter sur Facebook ou Instagram. Ses autres services Messenger et WhatsApp rencontraient aussi des difficultés.

Alors que Facebook est soumis depuis plus de deux ans au feu roulant de critiques sur divers sujets (données personnelles, contenus haineux, manipulations politiques, piratage…), de nombreux usagers ironisaient sur Twitter. Un utilisateur affirmait que « tout ce que détient Facebook tombe en panne ».

Beaucoup ne cachaient pas leur exaspération et enjoignaient le réseau social, parfois en termes orduriers, à régler le problème au plus vite.

Sur un ton plus léger, certains s’amusaient de leur propre dépendance au réseau social, un usager disant « s’ennuyer au travail » à cause de la panne, un autre expliquant avoir du coup passé du temps avec sa famille.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite