Climat: Greta Thunberg proposée pour le Nobel de la paix

© Reuters
© Reuters

L’adolescente suédoise Greta Thunberg, instigatrice de la « grève de l’école pour le climat », a été proposée pour le prix Nobel de la paix 2019, a-t-on appris jeudi auprès d’un des trois élus à l’origine de la nomination. Son nom a été proposé par trois députés suédois de la Gauche socialiste, dans l’opposition, avant la date-limite du 31 janvier, selon l’un d’eux, ce qui signifie que sa candidature est valide pour le Nobel de la paix 2019, qui sera décerné le 11 octobre.

► Greta Thunberg désignée femme de l’année en Suède

« Nous avons proposé Greta Thunberg parce que le changement climatique, si on ne l’enraye pas, sera la principale cause des guerres, conflits et flux de réfugiés à l’avenir », a précisé le député norvégien Freddy André Øvstegård. « Greta Thunberg a lancé un mouvement de masse dans lequel je vois, peut-être, la principale contribution à la paix », a-t-il fait valoir.

La jeune Suédoise de 16 ans est devenue une égérie de la lutte contre les dérèglements climatiques. Elle a notamment appelé à une « grève mondiale » des élèves vendredi pour réclamer un renforcement des actions pour lutter contre le changement climatique.

►15 mars: la jeunesse mondiale dans la rue vendredi pour le climat

« C’est un peu bizarre »

« C’est bien évidemment un honneur et très agréable d’être proposée pour un aussi grand prix », a-t-elle réagi auprès du journal suédois Aftonbladet.« C’est incroyable et un peu bizarre », a-t-elle dit.

Selon l’Institut Nobel, 304 individus et organisations ont cette année été proposés pour la prestigieuse récompense, une liste qui reste tenue secrète pendant au moins 50 ans conformément aux statuts de la fondation. Des milliers de personnes -parlementaires et ministres de tous les pays, anciens lauréats, certains professeurs d’université…- sont habilitées à proposer une candidature.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite