Climat: des ONG françaises ont déposé un recours en justice contre l’Etat pour «manquements» à son obligation d’action

Climat: des ONG françaises ont déposé un recours en justice contre l’Etat pour «manquements» à son obligation d’action

Des ONG, à l’origine d’une pétition de plus de deux millions de signataires en France, ont confirmé avoir déposé jeudi à Paris, comme elles l’avaient déjà annoncé, un recours en justice contre l’Etat français, pour «manquements» à son obligation d’action contre le réchauffement climatique.

Greenpeace et la Fondation Nicolas Hulot ont déposé leur requête en ligne auprès du tribunal administratif de Paris, ont-elles indiqué. Oxfam France et Notre affaire à tous en ont fait de même, pour la première procédure judiciaire sur le climat menée à cette échelle en France.

Selon l’avocat Clément Capdebos, conseil de Greenpeace, une réponse du juge peut être attendue d’ici «un ou deux ans». «On a un recours très ambitieux», reconnaît-il. «Nous avons trois objectifs: faire reconnaître expressément l’existence de l’obligation de l’Etat en matière de lutte contre le changement climatique, faire constater ses manquements, et l’injonction à agir. On demande beaucoup au juge, mais sa marge de manoeuvre est très large».

« Affaire politique »

«On a un grand espoir, des arguments scientifiques et juridiques solides», estime quant à elle Marie Pochon, responsable de Notre affaire à tous. Les différentes ONG appellent par ailleurs à manifester, samedi, dans le cadre d’une grande journée de mobilisation climat partout en France.

«Je comprends qu’on ait envie d’agir plus vite, plus fort, plus loin sur le dérèglement climatique, je suis le premier à le vouloir, le président Macron aussi», a réagi jeudi le ministre de la Transition écologique François de Rugy, sur Public Sénat. «Après, (...) dans aucun tribunal on ne réduira les émissions de gaz à effet de serre. C’est avant tout une affaire politique», a-t-il estimé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  2. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  3. La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.

    La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite