Grève pour le climat: des plans d’actions encore flous pour ce vendredi

Grève pour le climat: des plans d’actions encore flous pour ce vendredi

Les mouvements citoyens Youth for Climate, Students for Climate, Workers for Climate, Teachers for Climate et Rise for Climate ont tenté de dresser un bilan des actions prévues en Belgique dans le cadre de la grève mondiale pour le climat vendredi 15 mars. Mais «l’ampleur de la dynamique est telle qu’il est difficile d’obtenir un aperçu complet des actions locales», a affirmé Bakou Mertens de Students For Climate, mardi, lors d’une conférence de presse.

>Grève du 15 mars pour le climat: plus de 1.200 actions dans plus de 90 pays

La grève sera observée dans plus de 90 pays. En Belgique, des mobilisations sont prévues dans pas moins de 24 villes, sans compter les actions plus petites organisées dans les écoles. Une manifestation doit également avoir lieu l’après-midi dans les rues de Bruxelles, selon les différents collectifs.

Les syndicats divisés

«La dynamique locale est très forte, ce qui démontre que toutes les couches de la société sont concernées», s’est réjoui Bakou Mertens.

Les différents mouvements appellent les citoyens à débrayer vendredi pour exiger une politique climatique ambitieuse. «Nous avons également sollicité les politiques, dont certains ont déjà annoncé leur soutien», a ajouté Dries Cornelissens, de Youth for Climate.

Les syndicats restent divisés sur la question. Si la plupart soutiennent le mouvement, seules quelques centrales professionnelles ont suivi l’appel de Youth For Climate et couvriront leurs affiliés par une indemnité de grève qui leur permettra de participer à la mobilisation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Arnaud Jacquemin, administrateur délégue d’Univers Drink
: «
Il y a dix ans, quand nous avons lancé nos produits, le sans alcool passait inaperçu. Aujourd’hui, c’est un vrai phénomène.
»

    Bières et vins sans alcool: une croissance à faire tourner la tête

  3. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite