Crash en Ethiopie: le Japon interdit à son tour son espace aérien aux Boeing 737 MAX

Crash en Ethiopie: le Japon interdit à son tour son espace aérien aux Boeing 737 MAX

Le ministère japonais des Transports a annoncé jeudi qu’il interdisait l’entrée dans son espace aérien des avions américains Boeing 737 MAX, dont la plupart sont cloués au sol après deux accidents.

Les compagnies japonaises ne possèdent pas encore ce type d’appareil, mais des transporteurs étrangers sont susceptibles de les utiliser, d’où la nouvelle instruction transmise par l’autorité nippone.

Etats-Unis compris, de nombreux pays ont fermé leur espace aérien aux Boeing 737 MAX 8 et 9 et/ou demandé à leurs compagnies d’immobiliser ces modèles, à la suite du crash d’un avion d’Ethiopian Airlines, dimanche près d’Addis Abeba.

>Boeing 737 MAX 8 : des pilotes américains avaient rapporté des incidents fin 2018

Cet accident, qui a fait 157 morts, est le deuxième en moins de six mois pour le Boeing 737 MAX 8. Dans des circonstances similaires, un avion identique de la compagnie indonésienne Lion Air s’était abîmé en mer au large de l’Indonésie en octobre, faisant 189 morts.

Le groupe japonais ANA Holdings a annoncé en janvier une commande à Boeing de 30 appareils 737 MAX 8 dont 10 en option, mais n’a pas à ce jour remis en cause cet achat, les livraisons étant prévues au-delà de 2021

>Crash en Éthiopie: l’espace aérien européen est fermé aux Boeing 737 MAX

Plusieurs pays ont interdit leur espace aérien

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite