Brexit: Londres doit changer de position pour obtenir un «long» report de la date du divorce, estime Tusk

Brexit: Londres doit changer de position pour obtenir un «long» report de la date du divorce, estime Tusk

Le Président du conseil européen Donald Tusk a invité jeudi le Royaume-Uni à changer sa position s’il veut obtenir une « longue prolongation » pour reporter la date de son divorce avec l’UE prévue le 29 mars.

>Brexit: le parlement britannique vote, à quatre voix près, contre une sortie de l’Union Européenne sans accord

« Au cours des consultations pour le sommet européen, je conseillerai aux 27 membres de l’UE d’être prêts à accorder une longue prorogation si le Royaume-Uni accepte de repenser sa stratégie pour le Brexit et parvient à dégager un consensus autour de celle-ci », a-t-il annoncé dans un message publié via son compte twitter.

La partie est loin d’être gagnée pour Theresa May, dont la voix et l’autorité sont apparues brisées mercredi soir lorsque des députés conservateurs, y compris des membres de son gouvernement, ont défié ses consignes de vote lors d’une session houleuse. La Chambre des Communes a finalement rejeté l’option d’une sortie sans accord « quelles que soient les circonstances ».

Le vote des députés n’est cependant pas contraignant et Theresa May leur a répété que s’ils ne soutenaient pas l’accord de retrait, le Brexit risquait d’être remis aux calendes grecques.

Sur le même sujet
brexitPolitique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Borders
» au Public.

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  3. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite