Hausse de 29% du nombre de primo-demandeurs d’asile en Belgique en 2018

Hausse de 29% du nombre de primo-demandeurs d’asile en Belgique en 2018

La Belgique a reçu 18.130 sollicitations de primo-demandeurs d’asile l’année dernière contre 14.035 en 2017, soit une progression de 29%, indique jeudi Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Dans l’ensemble des Etats membres de l’UE, 580.800 personnes ont introduit une demande de protection internationale en 2018, un chiffre en baisse de 11% par rapport à 2017 (654.600).

>La fermeture des centres d’accueil de demandeurs d’asile est nécessaire, selon Theo Francken

>Limitation des demandes d’asile: «De l’incompétence organisée», selon la Plateforme citoyenne

Le nombre de primo-demandeurs d’asile en 2018 est comparable au niveau enregistré en 2014, avant les pics de 2015 et 2016, détaille Eurostat. Les Syriens (80.900 primo-demandeurs), les Afghans (41.000) et les Irakiens (39.600) restent les trois principales nationalités parmi les demandeurs et représentent ensemble près de 30% des sollicitations pour une protection internationale.

En Belgique, les Syriens représentent 15% du nombre total avec 2.770 demandes en 2018, devant les Palestiniens (13%, 2.420) et les Afghans (6%, 1.045).

Chypre en première ligne

Près de trois demandes d’asile sur 10 (28%) dans les États membres de l’UE ont été introduites en Allemagne l’année dernière, avec 161.900 primo-demandeurs. La France suit avec 19% du total (110.500 demandes) et devance la Grèce (65.000, soit 11%), l’Espagne (52.700, soit 9%), l’Italie (49.200, soit 8%) ainsi que le Royaume-Uni (37.300, soit 6%). La Belgique représente elle 3% des demandes.

Les plus fortes hausses de primo-demandeurs l’année dernière sont observées à Chypre (+70%) et en Espagne (+60%), devant la Belgique (+29%), les Pays-Bas (+27%) et la France (+20%). Les baisses les plus marquées concernent l’Italie (-61%), l’Autriche (-49%), la Suède (-19%) ainsi que l’Allemagne (-18%).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite