Accueil Opinions Chroniques

Doctorats honoris causa de l’UCLouvain: un moment de grâce au milieu du grand naufrage

La remise des doctorats honoris causa à l’UCLouvain mardi dernier (avec notamment la rectrice de la VUB et la militante saoudienne emprisonnée, Joulain Al Hathoul) fut un moment opportun pour tirer de belles leçons sur la liberté et la « différence ».

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Depuis des années, des esprits éclairés nous mettent en garde, avec raison, contre tout ce qui nous enferme dans des identités crispées et des communautés fermées. Dans ces silos, ces bulles et ces tribus qui nous protègent des « autres ». Dans ces territoires où la parole est excluante et péremptoire. «  Chacun chez soi, chacun pour soi, avec ceux qui pensent comme moi  » : ces mots n’ont jamais inspiré de grandes idées ni construit des sociétés équilibrées.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par De Bilde Jacques, vendredi 15 mars 2019, 7:12

    Un souffle d'air frais dans un monde devenu de plus en plus irrespirable au sens propre et au sens figuré

  • Posté par Vynckier Albert, vendredi 15 mars 2019, 4:24

    « Chacun chez soi, chacun pour soi, avec ceux qui pensent comme moi » ce n'est intellectuellement pas honnête de la part de ceux qui disent ça j'ai même envie d'ajouter le succès des uns est le désir de la pluralité. en somme une sorte d'élection sans votations

  • Posté par Lahaye Olivier, jeudi 14 mars 2019, 20:23

    Tout ne va pas si mal dans nos sociétés, nous avons nos ainés qui vivent bien, nos travailleurs qui peuvent faire face sans trop de difficultés aux maladies, nos enfants qui reçoivent un bon enseignement.

  • Posté par NOBEN Karl, jeudi 14 mars 2019, 14:06

    On peut saluer ce choix de l'UCL, mais pourquoi s'envoler sur les "moment privilégié, où les idées n’étaient pas cadrées par des identités réductrices" et tacler des lieux de débats comme "les ronds points" ??? Il faut savoir honorer et mettre en lumière, mais ces grands messes académiques - totu comme les tribunes éditoriales d'ailleurs - manquent singulièrement de contradiction et peuvent difficilement être comparées avec les lieux de débats et d'échanges d'idées, fussent-ils cahotiques et cathartiques. Même s'ils sont perçu comme des "hauts de Hurlevent", ils sont constitutifs de la société, et c'est aussi - voire même surtout - là que doivent se mener les débats d'idée comme l'affirme le doyen Van Bellegem, quitte à devoir quitter le confort des facultés ou des rédactions...

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs