La viande cultivée est un «danger pour notre agriculture durable», s’insurge la Fédération des agriculteurs

La viande cultivée est un «danger pour notre agriculture durable», s’insurge la Fédération des agriculteurs

L a viande cultivée, invention technologique de l’industrie agro-alimentaire, constitue un véritable danger pour l’agriculture durable et le système alimentaire que nous défendons», estime jeudi la Fédération unie de groupements d’éleveurs et d’agriculteurs (Fugea) en réaction à une étude publiée la veille. Celle-ci révélait que les Belges voient plutôt d’un bon oeil l’arrivée dans leurs assiettes de viande cultivée en laboratoire.

Commandé par l’association de défense des animaux Gaia, un sondage a montré que les Belges sont plutôt favorables à la commercialisation de «viande cultivée», c’est-à-dire de la viande obtenue via des cellules souches et qui ne provient donc pas d’un animal abattu.

«Annoncée comme un aliment miracle, bon pour la santé et issu d’une production sans impacts négatifs», la viande cultivée n’est au contraire pas neutre d’un point de vue environnemental et sa qualité nutritionnelle est douteuse, relève la Fugea jeudi.

Elevage durable et autonome

Pour cette organisation, il ne s’agit donc que d’une énième campagne de communication anti-viande, qui favorise l’agro-industrie au détriment des éleveurs indépendants. «C’est un oligopole alimentaire qui se prépare sous nos yeux. Pourtant, c’est précisément un système alimentaire de plus en plus financiarisé, industrialisé et concentré qui est la cause des constats d’échecs de notre système alimentaire», pointe la fédération.

«La substitution des éleveurs par l’industrie et ses solutions technologiques ne permettront pas de répondre aux défis alimentaires, environnementaux et sociaux auxquels nous sommes confrontés. Au-delà d’un débat strictement lié à l’alimentation, c’est la sauvegarde de notre économie rurale et de notre souveraineté alimentaire qui est en jeu», poursuit-elle.

La Fugea rappelle qu’elle défend un mode d’élevage durable et autonome: l’élevage herbager wallon, qui est «une production agricole adaptée à nos territoires, préservant l’environnement et respectueuse du bien-être animal».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite