Grève mondiale pour le climat: des mobilisations partout en Belgique ce 15 mars

Grève mondiale pour le climat: des mobilisations partout en Belgique ce 15 mars

De Bruxelles à Gand, en passant par Liège, Mons, Namur ou Anvers, une vingtaine d’actions sont prévues aux quatre coins de la Belgique vendredi à l’occasion de la grève internationale pour le climat, « Global strike for future », initiée par les jeunes du monde entier de Youth for Climate, ayant emboîté le pas à la Suédoise Greta Thunberg. L’appel s’étend cette fois au-delà de la jeunesse, puisque les syndicats notamment ont déjà annoncé leur soutien au mouvement, sans toutefois déposer de préavis général de grève.

>Grève du 15 mars pour le climat : plus de 1.200 actions dans plus de 90 pays

•  A Bruxelles, une marche nationale pour le climat est prévue au départ de la gare du Nord à 13h00, avec à l’arrivée gare du Midi des podiums, de la musique et des discours ainsi qu’un village associatif. Ensuite, vers 17h00, Students for climate organise une assemblée ouverte.

La circulation sera perturbée dans le centre-ville et sur la petite ceinture entre 13h00 et 15h00, avertit la police. Une vingtaine de lignes de bus pourraient aussi être perturbées en fonction de l’avancée du cortège, selon la Stib, qui a publié ces lignes sur son site.

•  Du côté de Liège, un rassemblement est attendu à 10h00 devant la gare des Guillemins, avant un départ groupé en train pour Bruxelles. Les élèves sont incités à se rendre d’abord à l’école à 08h00 pour organiser un sit-in devant l’entrée de leur établissement. « Nous demandons à tous les étudiants ainsi qu’à tous ceux qui le souhaitent, de venir nous rejoindre afin de montrer qu’on ne lâchera pas l’affaire », écrivent sur la page Facebook de l’événement Youth for climate et Students for climate.

•  Un autre rassemblement aura lieu à Namur, de 11h00 à midi, place d’Armes, tandis qu’à Mons, rendez-vous est donné à 10h00 place Léopold, pour un départ de cortège à 10h30. Un autre s’élancera encore à Tournai à 08h30 de la rue Beyaert.

• Des rassemblements et marches sont aussi attendus entre autres à Louvain, Hasselt, Anvers, Gand, Courtrai, Vilvorde, Bruges ou Ostende.

« Workers for climate »

Les syndicats s’affichent solidaires des revendications des jeunes, sous la bannière « Workers for climate », qui formule cinq revendications, dont un plan climat ambitieux, une loi climat garantissant une transition écologique et sociale ou encore un seul ministre fédéral en charge du climat, de l’énergie et de la mobilité.

« Nous aussi, travailleurs et travailleuses, voulons une planète viable et un futur pour nos enfants et petits-enfants », souligne la CSC. Celle-ci n’a pas déposé de préavis général de grève mais ses affiliés qui souhaiteraient rejoindre le mouvement seront couverts par une indemnité, précise le porte-parole du syndicat chrétien.

La FGTB annonce pour sa part « un soutien massif » à la grève pour le climat et son président, Robert Vertenueil, sera lui-même en grève. Si le syndicat n’a pas déposé de préavis général, plusieurs centrales ont chacune déposé un préavis de grève effectif, tandis que d’autres ont opté pour une forme de soutien différente, comme venir en équipe à la manifestation.

La CGSP Admi par exemple a indiqué soutenir ses affiliés qui prendront part aux actions, via des dépôts de préavis et une indemnité de grève.

Au sein de la FGTB Bruxelles plus précisément, un appel à la grève a été initié pour la première fois par la section « jeunes » du syndicat. « Et nous les soutenons », précise la porte-parole de la FGTB Bruxelles.

Le syndicat libéral n’a pas non plus déposé de préavis de grève, même si le climat fait partie de ses revendications. « Nous soutenons le mouvement, mais pour qu’un plus grand nombre puisse adhérer aux mesures proposées, nous estimons qu’elles doivent aussi être sociales et justes », indique la CGSLB dans un communiqué.

Chercheurs et ONG

Trois cents chercheurs belges, français et suisses ont par ailleurs appelé à la grève pour le climat. « C’est devenu, pour ceux qui possèdent une parcelle de savoir, un impératif moral et politique d’accompagner et d’encourager cette mobilisation de la jeunesse », indiquaient-ils dans une tribune.

Enfin, les ONG’s ont d’ores et déjà annoncé leur présence lors de la marche organisée vendredi à Bruxelles. « Ces jeunes nous montrent que l’avenir, c’est eux ! Ils nous bousculent, ils nous titillent et pour tous ceux qui ont déjà participé à leurs marches, ils nous rendent espoir », souligne le CNCD-11.11.11.

La grève de vendredi sera observée dans plus de 90 pays.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite