Donald Trump menace de conséquences économiques «graves» si l’Union européenne ne négocie pas

©AFP
©AFP

Donald Trump a menacé jeudi l’Union européenne de conséquences «graves» sur le plan économique si elle ne négociait pas avec les Etats-Unis un accord commercial.

«S’ils ne nous parlent pas, nous allons prendre des mesures qui seront graves économiquement. Nous allons imposer des taxes douanières sur de nombreux produits entrant aux Etats-Unis », a déclaré le président républicain. «L’Union européenne nous traite de manière très, très injuste», a-t-il également estimé.

Mi-mandat de Trump: «Il ne pense qu’à renforcer sa base électorale»

Taxer l’industrie automobile

«Ils négocient. Sinon nous prendrons des mesures qui seront bonnes pour les Etats-Unis», a poursuivi l’hôte de la Maison Blanche qui menace toujours d’imposer des tarifs douaniers notamment sur le secteur automobile.

Les eurodéputés, incapables d’adopter une position commune, ont infligé jeudi un revers à la Commission européenne sur le dossier sensible des discussions commerciales entre Bruxelles et Washington.

Un Donald Trump ignare et dangereux, dont se défient ses collaborateurs

Le Parlement européen «a rejeté le rapport (...) sur la question de savoir s’il fallait recommander de débuter des pourparlers commerciaux avec les Etats-Unis», mais «il n’y a pas de position du Parlement européen sur le sujet», a précisé le service de presse de l’institution après le vote.

Le Parlement n’a pour l’instant qu’un rôle consultatif sur cette question, mais il aura en revanche le dernier mot une fois l’accord ficelé.

L’autre secteur ciblé par Trump : l’agriculture

Le lancement de ces négociations achoppe aussi sur le fait que Washington entend inclure l’agriculture, ce que refusent les Européens, inquiets de voir arriver sur leur marché du boeuf aux hormones ou des produits génétiquement modifiés.

«Les Etats-Unis ne peuvent pas avoir un accord commercial avec l’Europe qui ne traite pas de l’agriculture. Eux sont d’avis qu’un accord ne doit pas comporter ce volet», avait averti mardi le négociateur commercial en chef de Donald Trump, Robert Lighthizer.

«Nous sommes dans une impasse. Nous verrons comment cela va évoluer», a ajouté le représentant américain au Commerce (USTR).

Si seulement Trump pouvait s’arrêter de tweeter

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite