Greg Van Avermaet, devancé par Alaphilippe dans la 2e étape de Tirreno-Adriatico: «Dommage, mais il était plus fort»

©Belga
©Belga

Greg Van Avermaet (CCC) a dû, pour la troisième fois de la saison, se contenter d’une deuxième place. Cette fois, il s’est incliné au terme de la 2e étape de Tirreno-Adriatico (WorldTour) devant le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step).

Dans un final pour costauds vers Pomarance, le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a tenté à plusieurs reprises de tout faire exploser mais a vu le groupe de favoris revenir à chaque fois. Alaphilippe et Van Avermaet étaient côte à côte au moment de lancer le sprint final mais le puncheur français, vainqueur des Strade Bianche samedi, a une nouvelle fois démontré sa forme du moment. Après une 7e place en 2016 et une 4e en 2017, le Belge de 33 ans a cette fois échoué de très peu à Pomarance.

« C’est dommage de terminer une nouvelle fois deuxième », a déclaré Van Avermaet. « J’ai fait un bon sprint mais Julian était plus rapide. Je visais une victoire d’étape ici mais ce n’est malheureusement pas arrivé, je suis tombé sur plus fort que moi. »

Greg Van Avermaet a déjà terminé 2e du Circuit Het Nieuwsblad et de la 4e étape du Tour d’Oman. En début de saison, le champion olympique a remporté la 3e étape du Tour de Valence. « Je dois retenir le positif. Je suis aux avant-postes et je me bats pour la victoire. Même si je préférais gagner, la forme est au rendez-vous. »

Le Flandrien aura encore l’occasion de s’illustrer sur la ’Course des deux mers’ avec une arrivée idéale pour les puncheurs dimanche à Recanati.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite