Accueil Société

Climat: ces six mois qui ont chamboulé la Belgique

C’est une mobilisation que personne n’attendait et nul ne sait encore où elle va. Née sur un terreau favorable d’inquiétudes et de frustrations, elle a profité des circonstances. Plus moyen d’ignorer que quelque chose a changé. A tel point que, ce vendredi, le monde fait grève pour le climat.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 13 min

Au début, tout se passait à merveille. La Belgique s’en allait ronronnant vers des élections : on se serait écharpé sur l’immigration, chamaillé sur le bilan socio-économique du gouvernement sortant. Chacun campé sur les traditionnelles inimitiés entre partis flamands et francophones, gauche-droite les pieds dans la glaise, la raison de l’un contre la raison de l’autre… Et puis, dans les arrêts de jeu, explose le volcan, s’écoule une lave humaine en fusion : le climat.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Dubray Georges, vendredi 15 mars 2019, 11:30

    Qui est a la base de cette manipulation chercher a qui cela va profiter…..

  • Posté par Poullet Albert, vendredi 15 mars 2019, 9:22

    Les Politiciens doivent se REVEILLER et prendre la mesure de l'enjeu crucial qui est en train de se dérouler devant leurs yeux. Les jeunes génération ont PEUR pour leur avenir et pour l'avenir de leurs enfants. car le système néolibéral mondialisé est une vraie catastrophe écologique. c'est d'abord cela qu'il faut changer.

  • Posté par Thijs alain, vendredi 15 mars 2019, 10:19

    Oui. Bon. Les parents de ces enfants ont aussi peur et veulent que les mesures nécessaires soient prises pour assurer l avenir des générations à venir.

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs