Les députés britanniques votent pour un report du Brexit d’au moins trois mois

© Reuters
© Reuters

Les députés britanniques ont voté jeudi pour un report de la date du Brexit ainsi que pour un nouveau vote sur l’accord de retrait de l’Union européenne négocié par Theresa May avec Bruxelles, offrant une bouffée d’oxygène à la Première ministre.

A quinze jours de la sortie prévue du Royaume-Uni de l’UE, le Parlement acte ainsi le fait qu’il n’est pas prêt, faute d’avoir pu dégager un consensus sur la forme qu’il veut donner à cette rupture après 46 ans d’une relation houleuse.

Donald Trump sur le Brexit: «Je suis surpris de voir à quel point les négociations se passent mal»

Selon la motion présentée par le gouvernement, adoptée par 412 voix contre 202, les députés «acceptent que le gouvernement cherche un accord avec l’Union européenne» pour un report de la date du Brexit.

Elle prévoit un court report, jusqu’au 30 juin, si les élus britanniques approuvent l’accord de retrait de Theresa May, qu’ils ont déjà retoqué à deux reprises mais qu’elle a décidé de leur soumettre encore une fois d’ici le 20 mars. Si l’accord est encore recalé, alors le report devra aller au-delà du 30 juin et impliquera que le pays participe aux prochaines élections européennes en mai, a prévenu Theresa May.

Sans accord, le Brexit pourrait être reporté pour une «période beaucoup plus longue», estime Theresa May

Vers un « no-deal » ?

Ce scénario d’un long report prolongerait l’incertitude dans laquelle est plongé le Royaume-Uni depuis qu’il a voté pour sortir de l’Union européenne en juin 2016. Il pourrait même signifier pas de Brexit du tout, a insisté la dirigeante conservatrice qui compte bien jouer sur cette menace pour rallier à son accord les eurosceptiques de son Parti conservateur et les députés du petit parti unioniste nord-irlandais DUP, son allié au Parlement.

Mais pour le leader de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, Mme May devrait accepter que son accord, qui prévoit une sortie du marché unique et de l’union douanière européenne, n’est pas «une option viable».

Brexit: «Un coup particulièrement dur pour l’économie belge en cas de no deal», avertit la FEB

La Commission européenne a rappelé jeudi soir que «toute demande de prolongation de (la période de négociations prévue par) l’article 50 nécessite l’accord unanime des 27 autres pays membres» et devrait être dûment justifiée.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Mark Hofmann en 1984.

    Simon Worrall: «Mark Hofmann était un génie des fake news»

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    D’inquiétants incidents se multiplient dans le Golfe. Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump ont promptement pointé un...

    Lire la suite