Comeos veut transformer les supermarchés en stations-service et en centrales de production électriques

Image d’illustration ©Belga
Image d’illustration ©Belga

Ce n’était peut-être pas le cas sur les podiums à la dernière Fashion Week parisienne, mais dans les rues belges, c’est une certitude : le vert est sans aucun doute « la » couleur phare de la saison. A la Fédération du commerce et des services (Comeos), on se défend pourtant d’avoir cédé à la mode en élaborant un plan pour transformer les supermarchés en stations-service électriques et en centrales de production photovoltaïques « de demain ». « Une fédération comme la nôtre ne bouge pas aussi vite », explique Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos, qui assure que la réflexion a été engagée bien avant la première Marche pour le climat. « Par exemple, notre accord avec la Région bruxelloise sur l’audit énergétique des bâtiments remonte déjà à il y a deux ans », rappelle-t-il, tout en reconnaissant volontiers que la période préélectorale est, elle, incontestablement le moment idéal pour faire entendre sa voix.

Et ce que Comeos propose, ce n’est rien moins que de transformer les parkings des grandes surfaces en vastes zones de rechargement pour voitures électriques. « On peut estimer que 25 % du parc automobile belge pourrait être électrique d’ici 2030, détaille Dominique Michel. Reste à trouver l’électricité – durable, de préférence – puisqu’on sait qu’en l’état actuel du parc de production belge, il n’y en aura pas assez pour recharger autant de voitures. « Et nous sommes aussi une partie de la solution, avance une fois encore Dominique Michel. En équipant de panneaux photovoltaïques les toits des 2.800 magasins belges par exemple.

► Comment Comeos compte concrétiser cette ambition. Nos explications sont à lire sur Le Soir+.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. SOCCER JUSTICE SPORTING ANDERLECHT TRAINING CENTER SEARCH

    Un air de sérénité pendant les perquisitions à Anderlecht

  2. Emmanuel Macron est très attendu pour son face à face avec la presse, ce jeudi en début de soirée.

    Macron: la suppression de l’ENA, mais encore?

  3. Tous les partis francophones s’accordent pour appellent à la création d’une instance de contrôle totalement indépendante.

    Survol de Bruxelles: la position des différents partis

Chroniques
  • Un «Stemtest» pour voter en connaissance de cause

    Sa première annonce, il y a quelques semaines, était plutôt hésitante : « Ah oui, le président de parti me murmure que je dois dire explicitement que je suis candidat Premier ministre. » Depuis cette révélation, Jan Jambon, vice-Premier ministre dans le gouvernement précédent, ne cesse de le répéter, d’abord à la presse flamande ; après en français, et même dans un clip lancé sur tous les réseaux sociaux : « Je suis Jan Jambon, et je suis candidat Premier ministre. » Pour Charles Michel, l’actuel Premier ministre, c’est son porte-parole, Georges-Louis Bouchez, qui répond au micro de LN24 : « Charles Michel serait un meilleur Premier ministre, j’en suis certain ». Puis, n’oublions pas Elio Di Rupo, toujours président du PS, qui, déjà en automne 2018, expliquait sur le plateau de Jeudi En Prime qu’« être Premier ministre signifie...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite