Fusillades à Christchurch: la police dit avoir trouvé des engins explosifs artisanaux

© Reuters
© Reuters

Un tireur a ouvert le feu sur une mosquée dans la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande vendredi. Le tireur de Christchurch est un australien «terroriste extrémiste de droite et violent», a déclaré le Premier ministre australien.

La police néo-zélandaise dit avoir arrêté quatre personnes, trois hommes et une femme, dans le cadre de ces fusillades visant des mosquées à Christchurch, sur l’île du Sud du pays. Les autorités ont en outre trouvé des engins explosifs artisanaux dans des voitures, qui ne présentent toutefois plus une menace.

«Il est clair que c’est un des jours les plus sombres pour la Nouvelle-Zélande», a déclaré la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern lors d’une brève conférence de presse. «C’est un acte d’une violence extraordinaire sans précédent», a-t-elle décrit.

«Quatre personnes sont en garde à vue, trois hommes et une femme», a dit le commissaire Mike Bush, précisant que l’armée avait désamorcé des engins explosifs retrouvés sur les véhicules des suspects avaient été sécurisés. Le nombre de morts est «significatif».

Il n’y a toujours pas de bilan officiel précis des attaques meurtrières. Les médias néo-zélandais parlent de neuf à trente morts.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite