Grève mondiale pour le climat: plus de 123 pays mobilisés suite à l’appel de Greta Thunberg

© EPA
© EPA

Suite à l’appel international de la militante suédoise Greta Thunberg, plus de 123 pays sont en grève afin de sensibiliser les responsables politiques aux dérèglements climatiques. Cette grève internationale est d’une ampleur inédite. Une vingtaine d’actions sont aussi prévues aux quatre coins de la Belgique.

Parcours, action, horaire… : tout savoir sur la grève mondiale pour le climat

De Bangkok à Berlin en passant par Sydney, des centaines de milliers de personnes défilent dans les rues ce matin. Cette mobilisation massive en faveur du climat est une première mondiale.

Des mobilisations partout en Belgique

Bruxelles est une nouvelle fois l’épicentre des manifestations. Le cortège partira à 13h de la gare du Nord pour rejoindre la gare du Midi. Les jeunes qui marchent chaque jeudi depuis début janvier seront rejoints par des militants d’ONG, des travailleurs mobilisés par les syndicats, des scientifiques, des fonctionnaires, des enseignants… Des actions décentralisées auront lieu un peu partout dans le pays. Une vingtaine de lignes de bus pourraient aussi être perturbées en fonction de l’avancée du cortège, selon la Stib.

Météo : de nouvelles rafales de vent et de la pluie lors de la grève pour le climat

La marche organisée à Louvain-la-Neuve a rassemblé environ 3.300 personnes, d’après les organisateurs. De nombreux élèves des classes secondaires ainsi que des étudiants du supérieur étaient présents, mais aussi le personnel académique, des écoliers de primaires, des parents et des grands parents.

À Mons, des milliers de citoyens se sont élancés dans les rues vendredi matin. Le cortège, composé principalement d’étudiants, d’élèves de l’enseignement secondaire, de représentants syndicaux et d’associations de la société civile, s’est mis en marche vers 10h30 au départ de la gare pour converger vers le Marché aux herbes, où la mobilisation doit prendre fin vers 12h30.

À Namur, environ 600 personnes, selon la police, ont manifesté pour le climat vendredi dans les rues de la capitale wallonne. La marche était organisée par des élèves d’écoles secondaires namuroises qui se mobilisent depuis le début du mouvement. Elle a commencé à 11h de la place d’Armes pour se terminer vers 12h devant la gare des trains, le tout dans une ambiance exaltée .

Anuna De Wever au « Soir » : « J’ai 17 ans et c’est la peur du changement climatique qui me guide »

Quelque 800 jeunes étaient rassemblés en fin de matinée sur l’esplanade des Guillemins à Liège. Les jeunes criaient, chantaient et brandissaient de nombreux slogans. «  Célibataire cherche climat stable pour relation durable », «  Ta planète, tu la veux bleue ou bien cuite ? », «  Stop les bouteilles, chacun sa gourde » en étaient quelques exemples.

Une marche est également organisée à Anvers ce vendredi, mobilisant plus de 2.800 personnes. Ils prendront ensuite le train pour rejoindre la marche à Bruxelles.

Climat : malgré tout, la Belgique va (toujours) dans le mur

À Gand, environ 3.300 personnes se sont mobilisées afin de réclamer des mesures concrètes en matière de climat aux politiques mais aussi des changements au niveau local, comme plus de verdure dans la ville.

Helsinki, Bangkok, Lausanne: le monde entier se mobilise pour le climat (photos)

Plus de 123 pays touchés par la cause climatique

Quelque 150.000 personnes, dont beaucoup de jeunes, sont mobilisées dans plus de 50 lieux différents en Australie. On a ainsi dénombré 20.000 manifestants à Sydney. Des manifestations importantes ont déjà lieu notamment au Japon, en Inde, en Indonésie, en Corée du Sud, à Hong Kong, en Nouvelle-Zélande et même à Vanuatu.

En Europe, de nombreuses marches sont prévues. En Belgique, 33 actions sont programmées, selon Fridays for Future. En Italie, 235 actions sont à l’agenda, en France 216, en Allemagne 199, en Suède 176 et au Royaume-Uni 151.

Climat : Greta Thunberg proposée pour le Nobel de la paix

Plusieurs pays africains sont également mobilisés, notamment en Afrique du Sud, au Nigeria et à Madagascar. Des milliers de jeunes devraient par ailleurs défiler en Amérique du Nord et du Sud. Aux États-Unis, 201 événements sont prévus.

Les dernières informations sur les marches en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite