Grève mondiale pour le climat: plus de 123 pays mobilisés suite à l’appel de Greta Thunberg

© EPA
© EPA

Suite à l’appel international de la militante suédoise Greta Thunberg, plus de 123 pays sont en grève afin de sensibiliser les responsables politiques aux dérèglements climatiques. Cette grève internationale est d’une ampleur inédite. Une vingtaine d’actions sont aussi prévues aux quatre coins de la Belgique.

Parcours, action, horaire… : tout savoir sur la grève mondiale pour le climat

De Bangkok à Berlin en passant par Sydney, des centaines de milliers de personnes défilent dans les rues ce matin. Cette mobilisation massive en faveur du climat est une première mondiale.

Des mobilisations partout en Belgique

Bruxelles est une nouvelle fois l’épicentre des manifestations. Le cortège partira à 13h de la gare du Nord pour rejoindre la gare du Midi. Les jeunes qui marchent chaque jeudi depuis début janvier seront rejoints par des militants d’ONG, des travailleurs mobilisés par les syndicats, des scientifiques, des fonctionnaires, des enseignants… Des actions décentralisées auront lieu un peu partout dans le pays. Une vingtaine de lignes de bus pourraient aussi être perturbées en fonction de l’avancée du cortège, selon la Stib.

Météo : de nouvelles rafales de vent et de la pluie lors de la grève pour le climat

La marche organisée à Louvain-la-Neuve a rassemblé environ 3.300 personnes, d’après les organisateurs. De nombreux élèves des classes secondaires ainsi que des étudiants du supérieur étaient présents, mais aussi le personnel académique, des écoliers de primaires, des parents et des grands parents.

À Mons, des milliers de citoyens se sont élancés dans les rues vendredi matin. Le cortège, composé principalement d’étudiants, d’élèves de l’enseignement secondaire, de représentants syndicaux et d’associations de la société civile, s’est mis en marche vers 10h30 au départ de la gare pour converger vers le Marché aux herbes, où la mobilisation doit prendre fin vers 12h30.

À Namur, environ 600 personnes, selon la police, ont manifesté pour le climat vendredi dans les rues de la capitale wallonne. La marche était organisée par des élèves d’écoles secondaires namuroises qui se mobilisent depuis le début du mouvement. Elle a commencé à 11h de la place d’Armes pour se terminer vers 12h devant la gare des trains, le tout dans une ambiance exaltée .

Anuna De Wever au « Soir » : « J’ai 17 ans et c’est la peur du changement climatique qui me guide »

Quelque 800 jeunes étaient rassemblés en fin de matinée sur l’esplanade des Guillemins à Liège. Les jeunes criaient, chantaient et brandissaient de nombreux slogans. «  Célibataire cherche climat stable pour relation durable », «  Ta planète, tu la veux bleue ou bien cuite ? », «  Stop les bouteilles, chacun sa gourde » en étaient quelques exemples.

Une marche est également organisée à Anvers ce vendredi, mobilisant plus de 2.800 personnes. Ils prendront ensuite le train pour rejoindre la marche à Bruxelles.

Climat : malgré tout, la Belgique va (toujours) dans le mur

À Gand, environ 3.300 personnes se sont mobilisées afin de réclamer des mesures concrètes en matière de climat aux politiques mais aussi des changements au niveau local, comme plus de verdure dans la ville.

Helsinki, Bangkok, Lausanne: le monde entier se mobilise pour le climat (photos)

Plus de 123 pays touchés par la cause climatique

Quelque 150.000 personnes, dont beaucoup de jeunes, sont mobilisées dans plus de 50 lieux différents en Australie. On a ainsi dénombré 20.000 manifestants à Sydney. Des manifestations importantes ont déjà lieu notamment au Japon, en Inde, en Indonésie, en Corée du Sud, à Hong Kong, en Nouvelle-Zélande et même à Vanuatu.

En Europe, de nombreuses marches sont prévues. En Belgique, 33 actions sont programmées, selon Fridays for Future. En Italie, 235 actions sont à l’agenda, en France 216, en Allemagne 199, en Suède 176 et au Royaume-Uni 151.

Climat : Greta Thunberg proposée pour le Nobel de la paix

Plusieurs pays africains sont également mobilisés, notamment en Afrique du Sud, au Nigeria et à Madagascar. Des milliers de jeunes devraient par ailleurs défiler en Amérique du Nord et du Sud. Aux États-Unis, 201 événements sont prévus.

Les dernières informations sur les marches en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  3. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite