Malgré la fermeture de l’espace aérien, TUI fly fait revenir deux Boeing 737 MAX à Bruxelles

© AFP
© AFP

La compagnie aérienne TUI fly Belgium a fait revenir vendredi deux de ses quatre Boeing 737 MAX 8 vers Bruxelles. Les avions ont volé sans passagers pour revenir à leur base domestique. Dans un tel cas, ils sont autorisés, même avec l’interdiction européenne décrétée, assure le groupe touristique.

Deux des quatre appareils 737 MAX 8 de TUI fly Belgium se trouvaient déjà à Brussels Airport lorsqu’a été décrétée mardi soir l’interdiction de vol au-dessus de l’Europe de ce type d’avion. Les deux autres avaient dû être déviés vers Alicante (Espagne) et Bologne (Italie).

Ils ont pu être ramenés ce vendredi malgré la fermeture de l’espace aérien européen à ce modèle. L’Agence européenne de la sécurité aérienne autorise en effet de tels « vols ferry », notamment pour permettre la réalisation de mesures correctives éventuelles.

Boeing pourrait demander à ses clients de procéder à des réglages aux avions MAX (logiciel, etc.) avant qu’ils ne puissent reprendre les airs. TUI fly est mieux équipé à Bruxelles pour répondre à une telle requête.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © René Breny - Le Soir

    Le prix des maisons a augmenté de 25% en huit ans

  2. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  3. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite