Un tiers du territoire flamand est bâti

© D.R.
© D.R.

Le territoire flamand est de plus en plus construit : en 2016, quelque 33 % des terres, soit 450.000 hectares, étaient occupés, selon les derniers chiffres du Département environnement de l’autorité flamande. En trois ans de temps, 7.000 hectares supplémentaires ont été saisis, soit treize terrains de foot par jour. C’est principalement le nombre de logements qui a augmenté.

Les habitations, jardins compris, prennent 39 % de la totalité du territoire bâti.

En deuxième position, viennent les routes et le rail (18 %), avant les terrains industriels et commerciaux (13 %), les parkings et les places (11 %) ou encore d’autres zones bâties comme les églises et les monuments (10 %). Quelque 6,5 % sont consacrés aux zones récréatives comme les parcs ou les terrains dédiés au sport tandis que 2 % sont occupés par l’agriculture.

Dans 55 communes flamandes, on parle même de la moitié du territoire construit. C’est notamment le cas de zones urbaines dans et autour d’Anvers, Gand et Bruxelles.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10886956-015

    Négociations fédérales: 48 heures pour déminer la Vivaldi

  2. FF-LLPs-ICIJ-BFN-Alamy

    L’homme de paille qui affole les compteurs des FinCEN Files est… un dentiste du Brabant

  3. Pieter De Crem et Koen Geens vont recevoir dans les prochaines heures une demande de médiation sociale de la part des syndicats de la Sûreté de l’Etat.

    Les agents de la Sûreté de l’Etat tirent la «sonnette d’alarme»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite