Attaque terroriste en Nouvelle-Zélande: le tireur a effectué plusieurs séjours en Europe

Attaque terroriste en Nouvelle-Zélande: le tireur a effectué plusieurs séjours en Europe

Les autorités bulgares ont annoncé vendredi enquêter sur les motifs d’un séjour effectué en Bulgarie en novembre 2018 par l’extrémiste de droite qui a perpétré une attaque sanglante contre deux lieux de culte musulmans en Nouvelle-Zélande.

L’assaillant présumé, un Australien de 28 ans qui a fait un carnage dans deux mosquées de la ville de Christchurch durant la prière du vendredi, a séjourné en Bulgarie « du 9 au 15 novembre 2018 », a indiqué le procureur général bulgare Sotir Tsatsarov.

Une enquête a été ouverte pour déterminer si « sa version, selon laquelle il souhaitait découvrir des sites historiques et étudier l’histoire des pays balkaniques, est correcte ou s’il avait d’autres objectifs », a ajouté le procureur lors d’une conférence de presse.

Le ministre de l’Intérieur Mladen Marinov a ajouté que l’enquête visait à élucider «  les motifs » du séjour de cet homme et d’éventuels « contacts avec d’autres personnes ».

Dans les premiers éléments en possession des autorités bulgares ne figurent cependant pas «  de données d’activités terroristes et de contacts de cette personne en Bulgarie », a précisé le procureur.

Intérêt pour les Balkans

Les enquêteurs disposent déjà d’informations précises sur le déroulé du séjour en Bulgarie : arrivé à Sofia en provenance de Dubai le 9 novembre, l’homme a loué une voiture le 10 novembre et « a visité des sites historiques » dans dix localités bulgares, selon le magistrat.

Il a quitté la Bulgarie le 15 novembre sur un vol pour Bucarest, où il a loué une voiture pour se rendre en Hongrie, a-t-il précisé.

Ce n’était pas la première fois que cet Australien se rendait dans le sud-est de l’Europe : il avait, selon les mêmes sources, effectué un court séjour dans les Balkans du 28 au 30 décembre 2016, voyageant en bus à travers la Serbie, la Croatie, le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine.

► Le profil du tireur se précise

La Bulgarie a précisé être en contact pour cette enquête avec les autorités des États-Unis, de Nouvelle-Zélande, d’Australie, des Émirats Arabes Unis, de la Serbie et du Monténégro.

Le principal suspect de l’attaque de Christchurch, qui a fait 49 morts, a publié des documents dans lesquels il a motivé ses actes en estimant combattre ce qu’il juge être une submersion culturelle des peuples européens blancs par l’immigration. Certains de ces éléments font référence à des épisodes de l’histoire des Balkans et des combats contre les Ottomans.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite