Attaque terroriste en Nouvelle-Zélande: le tireur a effectué plusieurs séjours en Europe

Attaque terroriste en Nouvelle-Zélande: le tireur a effectué plusieurs séjours en Europe

Les autorités bulgares ont annoncé vendredi enquêter sur les motifs d’un séjour effectué en Bulgarie en novembre 2018 par l’extrémiste de droite qui a perpétré une attaque sanglante contre deux lieux de culte musulmans en Nouvelle-Zélande.

L’assaillant présumé, un Australien de 28 ans qui a fait un carnage dans deux mosquées de la ville de Christchurch durant la prière du vendredi, a séjourné en Bulgarie « du 9 au 15 novembre 2018 », a indiqué le procureur général bulgare Sotir Tsatsarov.

Une enquête a été ouverte pour déterminer si « sa version, selon laquelle il souhaitait découvrir des sites historiques et étudier l’histoire des pays balkaniques, est correcte ou s’il avait d’autres objectifs », a ajouté le procureur lors d’une conférence de presse.

Le ministre de l’Intérieur Mladen Marinov a ajouté que l’enquête visait à élucider «  les motifs » du séjour de cet homme et d’éventuels « contacts avec d’autres personnes ».

Dans les premiers éléments en possession des autorités bulgares ne figurent cependant pas «  de données d’activités terroristes et de contacts de cette personne en Bulgarie », a précisé le procureur.

Intérêt pour les Balkans

Les enquêteurs disposent déjà d’informations précises sur le déroulé du séjour en Bulgarie : arrivé à Sofia en provenance de Dubai le 9 novembre, l’homme a loué une voiture le 10 novembre et « a visité des sites historiques » dans dix localités bulgares, selon le magistrat.

Il a quitté la Bulgarie le 15 novembre sur un vol pour Bucarest, où il a loué une voiture pour se rendre en Hongrie, a-t-il précisé.

Ce n’était pas la première fois que cet Australien se rendait dans le sud-est de l’Europe : il avait, selon les mêmes sources, effectué un court séjour dans les Balkans du 28 au 30 décembre 2016, voyageant en bus à travers la Serbie, la Croatie, le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine.

► Le profil du tireur se précise

La Bulgarie a précisé être en contact pour cette enquête avec les autorités des États-Unis, de Nouvelle-Zélande, d’Australie, des Émirats Arabes Unis, de la Serbie et du Monténégro.

Le principal suspect de l’attaque de Christchurch, qui a fait 49 morts, a publié des documents dans lesquels il a motivé ses actes en estimant combattre ce qu’il juge être une submersion culturelle des peuples européens blancs par l’immigration. Certains de ces éléments font référence à des épisodes de l’histoire des Balkans et des combats contre les Ottomans.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  2. Sept modèles se détachent, identifiés sur la base de possibles rapports de forces au soir du 26 mai, et au départ de l’échiquier politique francophone.

    De gauche à droite, sept coalitions peuvent émerger après les élections

  3. Le bureau de vote de Limal © Belga

    Elections 2019: les 15 enjeux du triple scrutin

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite