Federer fonce en demi-finales à Indian Wells où il pourrait retrouver Nadal

@AFP
@AFP

Le Suisse Roger Federer (ATP 2) s’est qualifié pour les demi-finales du Masters 1000 d’Indian Wells, épreuve sur surface dure dotée de 8.359.455 dollars, en battant le Polonais Hubert Hurkacz (ATP 67) 6-4, 6-4, vendredi. La rencontre a duré 1 heure et 14 minutes.

Federer, 4e mondial, n’a eu besoin que de 73 minutes pour dominer son adversaire qui disputait, à 22 ans, son premier quart de finale dans un Masters 1000.

Il n’a connu qu’une petite alerte au 6e jeu du second set quand Hurkacz, 67e au classement ATP, s’est offert une balle de break, la seule du match, annulée par Federer d’un coup droit gagnant.

« J’ai réussi un très bon match, il y avait pourtant pas mal de vent, je suis vraiment satisfait », a-t-il remarqué.

« Je me sens bien, comme c’est le cas depuis le début de la saison. Ce n’est pas un hasard si je joue aussi bien en ce moment, je me suis préparé pour être au top pour ce tournoi », a souligné le joueur aux vingt titres du Grand Chelem qui a gagné ses quatre matches à Indian Wells en deux sets.

Le Suisse pourrait retrouver en demi-finales son grand rival, l’Espagnol Rafael Nadal (ATP 2), opposé dans la journée de vendredi au Russe Karen Khachanov (ATP 13).

Il s’agira, en cas de qualification de Nadal, du 39e duel entre deux des meilleurs joueurs de l’histoire.

Nadal mène 23 victoires à 15 au bilan de leurs confrontations, mais ils ne se sont plus affrontés depuis octobre 2017.

« Cela serait quelque chose d’excitant, peut-être plus pour les fans que pour moi. Mais il y a toujours beaucoup d’énergie et de tension quand on s’affronte, on a tellement joué de matches relevés, on a une telle relation, c’est toujours super de jouer contre Rafa », a noté le maestro suisse.

Federer, 37 ans, a remporté début mars à Dubaï le 100e titre de sa carrière.

Il s’est déjà imposé à cinq reprises à Indian Wells, record de victoires qu’il co-détient avec le Serbe Novak Djokovic.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Goffin (de dos) s’est entraîné avec Federer sur le Central, ce mercredi après-midi.

    Par Yves Simon

    Grands Chelems

    Roland-Garros: David Goffin, une tête de série pas si protégée

  • PHOTONEWS_10717609-003

    Par Yves Simon

    Grands Chelems

    Guy Forget: «David Goffin, il pique comme une abeille!»

  • PHOTONEWS_10791246-060

    Par Yves Simon, envoyé spécial à Paris

    Grands Chelems

    Roland-Garros a enfin entamé sa grande mutation (photos)

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite