Attaque terroriste en Nouvelle-Zélande: le tireur avait un permis de port d’armes

Attaque terroriste en Nouvelle-Zélande: le tireur avait un permis de port d’armes

L’homme suspecté du meurtre de 49 personnes dans l’attaque des deux mosquées vendredi à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, possédait un petit arsenal d’armes semi-automatiques et disposait d’un permis, a indiqué la Première ministre néo-zélandaise, promettant des réformes.

« L’attaquant était détenteur d’un permis de port d’armes (…) acquis en novembre 2017 », a précisé Jacinda Ardern lors d’une conférence de presse à Wellington, avant de se rendre à Christchurch, la ville du sud du pays où a eu lieu le carnage.

Le tireur a filmé son attaque : Geens veut une législation forte pour réprimer les messages de haine sur internet

L’homme, âgé de 28 ans, avait acheté deux fusils semi-automatiques, deux fusils de chasse et un fusil à pompe, a-t-elle précisé.

« Le simple fait (…) que cet individu ait acheté un permis et acquis des armes de ce type, cela me fait dire que les gens vont vouloir que cela change, et je m’y engage », a-t-elle expliqué.

«  Je peux vous dire une chose, nos lois sur les armes vont changer », a-t-elle ajouté.

Mme Ardern a noté que des tentatives avaient eu lieu en 2005, 2012 et 2017, et précisé qu’il fallait envisager une interdiction des armes semi-automatiques.

Pas surveillé

Elle a aussi confirmé que l’attaquant comme les deux complices présumés qui ont été arrêtés, dans des circonstances que la police n’a pas précisées, n’étaient pas sur le radar des services de renseignement. Le premier avait pourtant publié en ligne un manifeste évoquant des projets d’attentat anti-musulman.

« Ils n’étaient surveillés ni ici ni en Australie », a-t-elle assuré, ajoutant qu’une enquête était menée sur cet aspect du drame.

La Nouvelle-Zélande a durci les conditions d’accès aux armes semi-automatiques en 1992, deux ans après qu’un malade psychiatrique a tué 13 personnes à Aramoana, sur l’île du sud.

Néanmoins, il suffit d’avoir plus de 16 ans pour demander un permis de port d’arme standard après des séances d’instruction en matière de sécurité. Ils peuvent alors acheter un fusil et l’utiliser sans contrôle.

La police urbaine en Nouvelle-Zélande n’est pas armée. Les unités des forces spéciales, armées, interviennent le cas échéant.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite