L’Iran révèle un nouvel incident ayant impliqué un Boeing 737 MAX

L’Iran révèle un nouvel incident ayant impliqué un Boeing 737 MAX

L’Iran a banni de son espace aérien les Boeing 737 MAX, a annoncé vendredi l’organisation de l’aviation civile, près d’une semaine après le crash d’un appareil de ce type près d’Addis Abeba qui a fait 157 morts.

« Après l’interdiction du 737 MAX de l’espace aérien de nombreux pays, dont l’Amérique (…), ce type d’avion est désormais interdit dans l’espace aérien iranien », a déclaré Reza Jafarzadeh, porte-parole de l’organisation de l’aviation civile iranienne, selon le site du ministère des Transports.

Un souci en décembre

Le ministère a en outre fait état d’un incident survenu en décembre dernier qui a impliqué un Boeing 737 MAX. Selon cette source, l’appareil, de la compagnie Norwegian Air Shuttle, avait dû faire un atterrissage d’urgence à Chiraz en raison de problèmes de moteur.

Les passagers n’avaient pas été blessés et avaient pu repartir le jour suivant vers leur destination mais l’avion avait dû, selon le ministère, rester à Chiraz plus de deux mois avant que les États-Unis n’autorisent l’envoi de pièces détachées en Iran.

Malgré la fermeture de l’espace aérien, TUI fly fait revenir deux Boeing 737 MAX à Bruxelles

Interdiction d’acheter ou de faire voler des Boeing

L’Iran ne peut pas acheter ou faire voler des Boeing 737 MAX en raison des sanctions américaines.

Le crash dimanche dernier de l’avion d’Ethiopian Airlines est le second en moins de six mois pour le Boeing 737 MAX. Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s’est écrasé fin octobre au large de l’Indonésie, faisant 189 morts.

Les boîtes noires de la compagnie éthiopienne sont actuellement décryptées et analysées par des enquêteurs français pour tenter d’élucider les causes de la tragédie.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Crash d'un Boeing 737 MAX|Transport aérien|Iran
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite