Manifestations des gilets jaunes à Paris: des magasins pillés sur les Champs-Elysées (photos et vidéo)

Des casseurs ont pillé samedi des boutiques sur les Champs-Elysées lors de l’acte 18 de la mobilisation des « gilets jaunes », marqué par un regain de violence, a constaté un journaliste de l’AFP.

Sur la célèbre avenue de la capitale où ont convergé des milliers de gilets jaunes, plusieurs barricades étaient en feu autour de midi. Tandis que des groupes, scandant des slogans anticapitalistes et anti-policiers, s’attaquaient aux magasins (Hugo Boss, Lacoste, Nespresso…) et aux restaurants.

Panneaux de protection en bois arrachés, vitrines cassées : la célèbre brasserie Le Fouquet’s, qui est inscrite à l’inventaire des monuments historiques et fréquentée par de nombreuses personnalités, a également été vandalisée par des manifestants. Sur la place de l’Etoile, des manifestants, pour beaucoup vêtus de noir, capuche sur la tête, masque de protection, ont lancé des pavés sur les forces de l’ordre qui répliquaient par des tirs de gaz lacrymogènes.

Ces scènes de pillage et d’affrontements, qui rappellent celles des journées de mobilisation du 24 novembre et début décembre, n’avaient plus eu lieu depuis plusieurs week-ends dans la capitale. Les images du quartier très touristique des Champs-Elysées vandalisé par des émeutiers, et celles de l’attaque de l’Arc de Triomphe avaient fait le tour du monde.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a dénoncé l’action de «  professionnels de la casse et du désordre » et demandé au préfet de police d’y répondre «  avec la plus grande fermeté ». Selon lui, 7.000 à 8.000 manifestants se trouvent à Paris dont 1.500 ultra violents.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gilets jaunes|Paris|Hugo Boss
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite