BNP Paribas Fortis va supprimer 2.200 emplois

©AFP
©AFP

La banque BNP Paribas Fortis va réduire de 40% dans les trois années à venir son nombre d’agences en Belgique et supprimer quelque 2.200 emplois, selon un communiqué obtenu samedi.

Ces suppressions d’emplois envisagées d’ici 2021 portent sur 17% des effectifs, actuellement situés autour de 13.000.L’établissement a expliqué ce «plan de transformation» par l’accélération en 2018 de la baisse de la fréquentation de ses agences et la concurrence croissante des services bancaires par internet.

De 678 agences début 2019, BNP Paribas Fortis compte passer au chiffre de 592 d’ici la fin de l’année, et «411 d’ici fin 2021», souligne la filiale du groupe français dans son communiqué.

«Cette transformation globale entraînera une réduction de l’effectif total d’environ 2.200 ETP (postes Equivalent temps plein, ndlr) d’ici 2021», ajoute le communiqué.

Il s’agit d’un solde net négatif correspondant à 600 recrutements, pour un nombre de départs «entre 2.600 et 3.000», précise samedi le quotidien économique belge L’Echo.

Pour ces suppressions la banque assure qu’elle aura recours «le plus possible» aux départs à la retraite non remplacés, associés à des plans de départ volontaire.

Le 28 février, la maison mère française avait annoncé vouloir se séparer de 800 à 1.000 salariés dans sa filiale belge dans le cadre d’une nouvelle convention collective de travail négociée avec trois syndicats en Belgique.

La restructuration d’une plus grande ampleur a été annoncée vendredi à l’occasion de la présentation des résultats annuels de BNP Paribas Fortis.

Selon Max Jadot, patron de la filiale, la fréquentation du réseau d’agences commerciales, le premier de Belgique, a baissé de 17% en 2018 après -14% en 2017.

«Le monde s’accélère et la banque s’adapte un peu plus vite qu’avant à ces changements accélérés», a expliqué Jadot à L’Echo.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite