Elections 2019: Daniel Bacquelaine tirera la liste fédérale pour le MR à Liège

© Dominique Duchesnes / Le Soir
© Dominique Duchesnes / Le Soir

Le Comité provincial du MR de Liège a présenté samedi, au Val Benoît, ses candidats pour les prochaines élections fédérales et régionales du 26 mai prochain, en présence des 70 candidats effectifs et suppléants. Le ministre fédéral des Pensions, Daniel Bacquelaine, emmènera la liste libérale pour la Chambre.

Le MR a axé son programme autour de trois concepts: une campagne positive, une campagne éco-responsable et une campagne d’équipe.

«Chaque candidat porte le même message et nous avançons ensemble de manière conjointe. Il n’y a pas de culte de la personnalité et nos 70 candidats sont solidaires», a d’emblée déclaré Daniel Bacquelaine, président provincial et tête de liste pour la Chambre. Il a insisté sur la volonté d’offrir aux citoyens un langage de vérité, mais profondément positif. «Il ne faut pas faire de fausse promesse, mais il y a des possibilités pour développer un projet ambitieux: l’innovation, soutenir ceux qui entreprennent et valoriser le travail.»

La deuxième tête de liste sera Kattrin Jadin, seule députée fédérale issue de la communauté germanophone et présidente du PFF (le parti libéral germanophone). Nicolas Reynders, porte-parole de Pierre-Yves Jeholet et fils de Didier Reynders, se situe à la 5e place. Du côté des suppléants, le président du MR Liège-Ville et échevin de la Mobilité pour la Ville de Liège, Gilles Foret, occupe la 9e et dernière place.

L’ambition est de garder les cinq sièges gagnés lors du dernier scrutin.

Pour la Région, les trois députés sortants - soit Philippe Dodrimont, Diana Nikolic et Fabian Culot - s’affirment comme une triple tête de liste. «C’est une particularité qui me tient à cœur», explique Philippe Dodrimont. «Je ne tiens en aucun cas à guider cette liste seul, car nous sommes trois députés sortants. C’est un vrai travail d’équipe.» Clara Todaro, 18 ans, présente sur la liste régionale, vivra déjà ses deuxièmes élections après les communales de 2018. La 13e place reste une surprise, le ou la candidat(e) n’a pas été révélé.

Pour l’arrondissement de Verviers, Pierre-Yves Jeholet, ministre wallon de l’Economie, mènera la liste régionale tandis que pour Huy-Waremme, une femme sera tête de liste pour la Région wallonne: Caroline Cassart.

Par ailleurs, le Mouvement réformateur a choisi de mener une campagne éco-responsable en abandonnant l’affichage du papier au profit de bâches imprimées, d’encres plus propres et de matériaux recyclables et réutilisables.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite