Proximus League: «On méritait ce titre de champion», affirme l’entraîneur de Malines Wouter Vrancken

Proximus League: «On méritait ce titre de champion», affirme l’entraîneur de Malines Wouter Vrancken
Belga

Dernier de la Jupiler Pro League (D1A) 2017-2018, le Kavé Malines est devenu un an plus tard, le champion de la série inférieure, la Proximus League (D1B), samedi. Le vainqueur de la première période du championnat, a en effet remporté la finale retour (0-0 à l’aller) qui l’opposait au Beerschot Wilrijk, le vainqueur de la deuxième période, sur le score de deux buts à un (mi-temps: 0-0) contre le Beerschot-Wilrijk, devant 16.298 spectateurs dans son AFAS Stadion. Grâce à un tir foudroyant à la 88e minute, alors que le score était de un partout, du Français Clément Tainmont (ex-Charleroi), qui avait remplacé Rob Schoofs à la 75e.

« Toujours la même conclusion »

«Vous pouvez examiner le déroulement de ce championnat sous toutes ses coutures», a déclaré en conférence de presse l’entraîneur malinois Wouter Vrancken après le match, «mais vous arriverez toujours à la même conclusion. A savoir que le champion, c’est nous. Il n’y a aucune contestation possible à ce sujet. Et la manière dont cela s’est passé aujourd’hui, à la 88e minute, rend ce titre encore plus beau».

«C’est aussi le triomphe de tout un club», a ajouté Vrancken. «

Des joueurs, du staff, des supporters, et j’en oublie.

« Que cela plaise ou non »

On a tous été unis pendant une saison entière vers cet objectif, et maintenant il est atteint. C’est tout simplement magnifique. Cela n’a pourtant pas toujours été simple. On en a même parfois vu de toutes les couleurs, sur le terrain (0-5 contre l’Union Saint-Gilloise, ndlr) mais aussi, voire surtout, en coulisses. Mais après un an de purgatoire, nous voilà maintenant de retour en D1. Que cela plaise ou non...»

Promu ... théoriquement

Théoriquement promu en D1A grâce à ce titre, mais menacé d’être renvoyé en D1 amateurs à cause d’une affaire de matches arrangés la saison dernière, le Kavé malinois disputera la finale de la Coupe de Belgique contre La Gantoise, le jeudi 1er mai (21 heures) au Stade Roi Baudouin.

Le président malinois Johan Timmermans, qui avait un moment dû abandonner la barre du navire, en plein coeur de la tempête ayant secoué le monde du football professionnel belge en novembre dernier, a assuré ne pas trop s’en faire. Il disposerait lui aussi d’informations fiables sur ce qui se trame dans les couloirs de l’Union belge.

Pas de quoi s’inquiéter

«Pas de quoi s’inquiéter outre mesure. Je crois d’ailleurs que les déclarations entendues cette semaines à Anvers du côté du Beerschot, avaient surtout pour but de nous déstabiliser avant le match retour de ce samedi», a-t-il dit.

«On va en tout cas maintenant bien profiter de ce titre, et rendez-vous la saison prochaine en D1A», a-t-il conclu.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Belga

    Par VINCENT JOSÉPHY

    Division 1B

    Malines (temporairement?) de retour en D1A

  • @Belga

    Par Belga

    Division 1B

    D1B: Beerschot Wilrijk marque le pas face à Roulers (1-1) et ouvre la porte à Malines

  • Le «
Lion of Judah
» émerveille les Unionistes depuis son arrivée.

    Par Vincent Miller

    Division 1B

    Percy Tau, la force de l’Union Saint-Gilloise

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite