Löw critiqué par le patron du foot allemand après l’éviction des internationaux du Bayern

Löw critiqué par le patron du foot allemand après l’éviction des internationaux du Bayern
Reuters

Le président de la Fédération allemande de football (DFB), Reinhard Grindel, a critiqué le sélectionneur de l’équipe nationale, Joachim Löw, sur la manière dont il a écarté de la sélection les champions du monde allemands du Bayern Munich Jérôme Boateng, Mats Hummels et Thomas Müller.

«Je pense qu’il aurait été sage, le jour de la décision, d’exprimer personnellement sa reconnaissance aux joueurs lors d’une conférence de presse», a déclaré Grindel à la chaîne de télévision ZDF lors du Congrès de la FIFA à Miami.

«S’il l’avait fait, cela aurait permis de répondre à de nombreuses questions et de nombreux malentendus auraient été évités», a-t-il ajouté alors qu’il avait initialement salué la décision de Löw.

Critiqué pour sa méthode

Sa méthode a été particulièrement critiquée : Löw avait débarqué sans prévenir le 5 mars au centre d’entraînement du Bayern, entre deux matches cruciaux de championnat et à une semaine du match contre Liverpool, pour annoncer au trio la fin de leur carrière internationale et les avertir que sa décision était ferme et irrévocable.

L’entraîneur de l’Allemagne a déclaré qu’il souhaitait un «nouveau départ pour 2019» après la désastreuse Coupe du monde de l’année dernière où les Allemands avaient été éliminés dès les phases de poules.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite