Mémé Tchite l’affirme: «Le Standard champion, c’est possible!»

Standard champion
?
Standard champion ? - News

La dernière journée de compétition régulière n’a plus qu’un attrait : savoir qui de Saint-Trond ou de La Gantoise sera qualifié pour les Playoffs 1.

« C’est faux », coupe Meme Tchite. « Le total de points de chaque participant au top 6 sera divisé en deux et chaque unité peut s’avérer capitale au décompte final », lance l’ancien joueur du Standard. En parlant des Rouches, l’attaquant d’Hamoir pense qu’ils pourraient créer la surprise. « Ce sont des adeptes des montagnes russes. En effet, ils ont déjà connu pas mal de hauts et de bas. Mais je connais la mentalité liégeoise et je suis certain que les protégés de Michel Preud’homme ne vont rien lâcher. Le Standard champion, c’est possible ! Surtout que, ce dimanche (coup d’envoi à 18h, comme tous les autres matches), les Principautaires reçoivent Waasland/Beveren. Ils ont donc l’occasion de faire le plein de confiance s’ils parviennent à planter de nombreux buts. De quoi encore surmotiver leurs fans qui sont déjà très chauds lorsqu’il s’agit de soutenir leurs couleurs. Je trouve que des joueurs comme Emond ou encore Carcela ont retrouvé leur niveau. Ils peuvent exploser en fin de saison. J’espère aussi que Mpoku va revenir encore plus fort ».

« J’attends surtout Anderlecht la saison prochaine »

S’il a porté les couleurs du Standard, Meme Tchite, qui écrit son prénom et son nom sans accents, a également joué à Anderlecht, un club qui a souffert avant d’assurer sa qualification pour le Top 6, dimanche dernier. « Les Mauves ont connu pas mal de difficultés cette saison. Il faut dire qu’il y a beaucoup de nouveautés au Sporting : les transferts entrants, le coach, la direction… Tout ce petit monde a besoin d’un temps d’adaptation. Mais la mayonnaise a pris. La preuve : les voilà en Playoffs 1. Et, après division des points, il ne pourrait n’y avoir que trois ou quatre points de retard entre les Mauves et le FC Bruges, l’actuel second. Une telle situation me motiverait deux fois plus pour le sprint final. Ça doit donner encore davantage de grinta. J’attends surtout le RSCA la saison prochaine. Mais vu les écarts, ils ont déjà un coup à jouer cette année. Un succès ce dimanche à Ostende, avec la manière en prime, pourrait voir leur rage de vaincre être décuplée pour le sprint final en PO1 ».

En parlant des Brugeois, ces derniers sont donc les premiers poursuivants du leader genkois. Il y a six longueurs d’écart entre ces deux cadors, soit trois unités après division des points. La dernière journée de compétition ne devrait pas fondamentalement changer la donne, les Limbourgeois se déplaçant à Zulte Waregem et les Brugeois recevant l’Excel Mouscron. « Vu le visage affiché durant la compétition régulière et même en Europa League, le Racing part favori. Il mérite le titre de champion. Mais les Playoffs 1 vont redistribuer les cartes et les Brugeois pourraient en profiter. Surtout que Genk semble connaître un petit coup de mou. Il va falloir recharger ses batteries pour être compétitif. Sous peine de rapidement déchanter ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite