Hockey: la dernière ligne droite vers les playoffs

Le Dragons n’est pas encore qualifié.
Le Dragons n’est pas encore qualifié. - Belga

La saison régulière en Division d’Honneur touche à sa fin et tous les enseignements pourraient bien tomber lors de la quatorzième et antépénultième journée, disputée ce dimanche. En effet, les huit tickets pour les playoffs et, de facto, les quatre pour les playdowns, pourraient être connus.

Dans le groupe A, le Racing et l’Orée sont déjà assurés de prendre part à la grand-messe finale et pourraient être rejoints, à deux journées du terme, par le Beerschot et le Dragons. Et pour cause, les champions de Belgique en titre peuvent réduire les espoirs de PO du Braxgata à néant lors de leur duel dominical. Si le Dragons l’emporte, il assurera sa place, ainsi que celle de son voisin du Bee, pour la grand-messe finale. « Et, pour le club, c’est important de faire partie de ces playoffs », convenait-on du côté anversois. « Même si nous sommes en reconstruction, nous avons les qualités pour faire partie des huit quarts de finaliste. »

Deux chocs au menu

Dans la poule B, tous les dés pourraient également être jetés. Le Watducks, La Gantoise et le Léopold sont déjà sûrs d’en être et le dernier strapontin sera potentiellement mis en jeu ce week-end. L’Herakles, actuel quatrième avec douze points, et le Daring Molenbeek, cinquième avec huit points, croisent les sticks dimanche. En cas de succès, les Lierrois assureraient leur place parmi les huit, condamnant de surcroît le Daring à disputer les playdowns. « C’est la rencontre la plus importante de cette fin de saison », assurait Alex Van Linthout, attaquant du Daring. « Nous savons que notre mission ne sera pas aisée, mais nous avons les qualités pour sortir un match-référence et, ainsi, garder l’espoir de prendre part aux playoffs. »

Si le Dragons et l’Herakles valident leur place en quarts, le Braxgata et le Daring rejoindront le White Star et l’Antwerp en playdowns. Les deux derniers seront relégués en Division 1.

Si la lutte pour les playoffs fera rage, il en sera de même pour les premières places des deux poules. Dans le groupe A, le Racing tentera de conserver son leadership lors de son périlleux déplacement à l’Orée, second avec trois points de retard. Dans le second groupe, c’est le Watducks, leader avec 34 points, qui peut assurer définitivement sa première place en cas de succès à Gand. Ces quatre formations, au même titre que le Léopold, sont d’ores et déjà en pleine préparation pour la phase finale du championnat.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite