L’électricité gratuite ce week-end grâce au vent soutenu

L’électricité gratuite ce week-end grâce au vent soutenu

Avec le vent qui ne cesse de souffler et fait tourner les éoliennes à toute allure et six centrales nucléaires sur sept fonctionnelles, les prix de l’électricité sont devenus négatifs dimanche. En d’autres termes, les gros consommateurs sont payés pour consommer de l’électricité.

Durant l’automne dernier, la Belgique ne disposait que d’une seule centrale nucléaire disponible, ce qui a entraîné un pic pour le prix de l’électricité avec des tarifs culminant à 500 euros par mégawattheure (MWh) en novembre.

Mais aujourd’hui, la situation est tout autre. Le prix est négocié sur le marché de gros à 13 euros par mégawattheure (Mwh), avec même un prix sous la barre du zéro (-5 euros par mwh) à certaines heures. Les consommateurs les plus importants, tels que des entreprises chimiques, reçoivent donc de l’argent pour consommer de l’électricité.

Un phénomène récurrent

Un tel phénomène s’explique par la loi de l’offre et de la demande. Mécaniquement, plus l’offre est forte par rapport à la demande, plus le prix de l’électricité baisse. La combinaison des fortes rafales de vent qui ont balayé le territoire ces derniers jours et la disponibilité de six des sept centrales nucléaires a conduit à des prix négatifs en vigueur sur le marché. « Cela arrive de plus en plus souvent, jusqu’à 30 jours par an », commente un entrepreneur en énergie, André Jurres. « Tant l’énergie nucléaire que l’éolienne ne sont pas flexibles. Les centrales coûtent trop cher que pour les éteindre », souligne le patron de Volt Energy.

Pour le spécialiste en énergie, ces prix négatifs n’annoncent rien de bon : « ça montre que le marché est déséquilibré, que le système est en train de s’effondrer ». Il dit espérer que cette chute du prix de l’électricité fera réagir les autorités. « Ça doit être un signal pour le gouvernement qu’il y a urgence à dégager des alternatives. Nous avons besoin de centrales flexibles, des centrales au gaz dans la phase de transition ».

La production d’hydrogène à grande échelle pourrait aussi être une solution, selon M. Jurres. Les éoliennes peuvent jouer un rôle important à cet égard. Il voit par ailleurs de nombreux avantages à collaborer avec les Pays-Bas, tant en matière de construction de parcs éoliens en mer du Nord qu’en ce qui concerne la production d’hydrogène.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite