Crash en Ethiopie: une cérémonie d’hommage rendue aux victimes éthiopiennes (photos)

Des centaines de personnes ont rendu hommage dimanche aux victimes éthiopiennes du crash du Boeing 737 MAX 8 lors d’une cérémonie dans la principale cathédrale d’Addis Abeba, une semaine après cette catastrophe qui a tué 157 personnes de 35 nationalités.

Dix-sept cercueils recouverts du drapeau éthiopien, un pour chacune des victimes éthiopiennes — huit membres d’équipage et neuf passagers -, ont été emmenés par des voitures noires, à travers les rues d’Addis Abeba, jusqu’à la cathédrale de la Sainte Trinité, où des centaines de personnes étaient rassemblées.

Le contenu des cercueils n’a toutefois pas été révélé: l’avion a été pulvérisé à l’impact, rendant difficile le travail d’identification des restes des victimes. Les analyses ADN pourraient prendre jusqu’à six mois.

Jeudi, un journaliste de l’AFP présent sur le lieu du crash a vu des proches des victimes recevoir des bouteilles en plastique remplies de terre provenant du champ dans lequel l’avion s’est écrasé.

«Ce qui nous attriste, c’est que nous n’avons pas trouvé ses restes», a confié dimanche Teshome Legesse, oncle de l’hôtesse de l’air Ayantu Girma, décédée à l’âge de 24 ans.

Des portraits des victimes avaient été placées sur les cercueils pour cette cérémonie chrétienne orthodoxe, la principale confession du pays.

«Ce que je ne peux oublier, c’est qu’elle a laissé derrière elle un enfant de huit mois et n’est pas revenue», a déclaré Meselech Petros, au sujet de sa soeur Amma Tesfamariam, hôtesse de l’air à bord de l’avion.

Enquête ouverte

Selon Mme Meselech, sa soeur n’était pas supposée travailler le 10 octobre à bord du vol ET 302, mais elle avait finalement remplacé un collègue.

De nombreuses personnes qui n’ont pas perdu de proches avaient également fait le déplacement. «Nous sommes tous des enfants d’Adam et Eve», a assuré Seyoum Kidanu, un policier retraité ayant enfilé son uniforme pour l’occasion. «Quand une personne meurt dans ce monde, tout le monde est peiné».

L’accident de dimanche, qui a provoqué la mort des 157 personnes à bord de 35 nationalités, est le second en moins de cinq mois pour le Boeing 737 MAX 8, désormais cloué au sol dans de très nombreux pays, dont les Etats-Unis.

Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s’était abîmé en mer en octobre au large de l’Indonésie (189 morts). Le rapport d’enquête préliminaire sur les causes de ce crash avait été publié un mois environ après l’accident.

Samedi, la ministre éthiopienne des Transports Dagmawit Moges avait souligné que «l’enquête (...) requiert une analyse minutieuse et un temps considérable pour parvenir à des conclusions concrètes».

Les boîtes noires de l’appareil, qui sont cruciales pour comprendre les causes d’un crash, ont été envoyées en France pour être décryptées par le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite