Crash en Ethiopie: une cérémonie d’hommage rendue aux victimes éthiopiennes (photos)

Des centaines de personnes ont rendu hommage dimanche aux victimes éthiopiennes du crash du Boeing 737 MAX 8 lors d’une cérémonie dans la principale cathédrale d’Addis Abeba, une semaine après cette catastrophe qui a tué 157 personnes de 35 nationalités.

Dix-sept cercueils recouverts du drapeau éthiopien, un pour chacune des victimes éthiopiennes — huit membres d’équipage et neuf passagers -, ont été emmenés par des voitures noires, à travers les rues d’Addis Abeba, jusqu’à la cathédrale de la Sainte Trinité, où des centaines de personnes étaient rassemblées.

Le contenu des cercueils n’a toutefois pas été révélé: l’avion a été pulvérisé à l’impact, rendant difficile le travail d’identification des restes des victimes. Les analyses ADN pourraient prendre jusqu’à six mois.

Jeudi, un journaliste de l’AFP présent sur le lieu du crash a vu des proches des victimes recevoir des bouteilles en plastique remplies de terre provenant du champ dans lequel l’avion s’est écrasé.

«Ce qui nous attriste, c’est que nous n’avons pas trouvé ses restes», a confié dimanche Teshome Legesse, oncle de l’hôtesse de l’air Ayantu Girma, décédée à l’âge de 24 ans.

Des portraits des victimes avaient été placées sur les cercueils pour cette cérémonie chrétienne orthodoxe, la principale confession du pays.

«Ce que je ne peux oublier, c’est qu’elle a laissé derrière elle un enfant de huit mois et n’est pas revenue», a déclaré Meselech Petros, au sujet de sa soeur Amma Tesfamariam, hôtesse de l’air à bord de l’avion.

Enquête ouverte

Selon Mme Meselech, sa soeur n’était pas supposée travailler le 10 octobre à bord du vol ET 302, mais elle avait finalement remplacé un collègue.

De nombreuses personnes qui n’ont pas perdu de proches avaient également fait le déplacement. «Nous sommes tous des enfants d’Adam et Eve», a assuré Seyoum Kidanu, un policier retraité ayant enfilé son uniforme pour l’occasion. «Quand une personne meurt dans ce monde, tout le monde est peiné».

L’accident de dimanche, qui a provoqué la mort des 157 personnes à bord de 35 nationalités, est le second en moins de cinq mois pour le Boeing 737 MAX 8, désormais cloué au sol dans de très nombreux pays, dont les Etats-Unis.

Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s’était abîmé en mer en octobre au large de l’Indonésie (189 morts). Le rapport d’enquête préliminaire sur les causes de ce crash avait été publié un mois environ après l’accident.

Samedi, la ministre éthiopienne des Transports Dagmawit Moges avait souligné que «l’enquête (...) requiert une analyse minutieuse et un temps considérable pour parvenir à des conclusions concrètes».

Les boîtes noires de l’appareil, qui sont cruciales pour comprendre les causes d’un crash, ont été envoyées en France pour être décryptées par le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite