Crash en Ethiopie: une cérémonie d’hommage rendue aux victimes éthiopiennes (photos)

Des centaines de personnes ont rendu hommage dimanche aux victimes éthiopiennes du crash du Boeing 737 MAX 8 lors d’une cérémonie dans la principale cathédrale d’Addis Abeba, une semaine après cette catastrophe qui a tué 157 personnes de 35 nationalités.

Dix-sept cercueils recouverts du drapeau éthiopien, un pour chacune des victimes éthiopiennes — huit membres d’équipage et neuf passagers -, ont été emmenés par des voitures noires, à travers les rues d’Addis Abeba, jusqu’à la cathédrale de la Sainte Trinité, où des centaines de personnes étaient rassemblées.

Le contenu des cercueils n’a toutefois pas été révélé: l’avion a été pulvérisé à l’impact, rendant difficile le travail d’identification des restes des victimes. Les analyses ADN pourraient prendre jusqu’à six mois.

Jeudi, un journaliste de l’AFP présent sur le lieu du crash a vu des proches des victimes recevoir des bouteilles en plastique remplies de terre provenant du champ dans lequel l’avion s’est écrasé.

«Ce qui nous attriste, c’est que nous n’avons pas trouvé ses restes», a confié dimanche Teshome Legesse, oncle de l’hôtesse de l’air Ayantu Girma, décédée à l’âge de 24 ans.

Des portraits des victimes avaient été placées sur les cercueils pour cette cérémonie chrétienne orthodoxe, la principale confession du pays.

«Ce que je ne peux oublier, c’est qu’elle a laissé derrière elle un enfant de huit mois et n’est pas revenue», a déclaré Meselech Petros, au sujet de sa soeur Amma Tesfamariam, hôtesse de l’air à bord de l’avion.

Enquête ouverte

Selon Mme Meselech, sa soeur n’était pas supposée travailler le 10 octobre à bord du vol ET 302, mais elle avait finalement remplacé un collègue.

De nombreuses personnes qui n’ont pas perdu de proches avaient également fait le déplacement. «Nous sommes tous des enfants d’Adam et Eve», a assuré Seyoum Kidanu, un policier retraité ayant enfilé son uniforme pour l’occasion. «Quand une personne meurt dans ce monde, tout le monde est peiné».

L’accident de dimanche, qui a provoqué la mort des 157 personnes à bord de 35 nationalités, est le second en moins de cinq mois pour le Boeing 737 MAX 8, désormais cloué au sol dans de très nombreux pays, dont les Etats-Unis.

Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s’était abîmé en mer en octobre au large de l’Indonésie (189 morts). Le rapport d’enquête préliminaire sur les causes de ce crash avait été publié un mois environ après l’accident.

Samedi, la ministre éthiopienne des Transports Dagmawit Moges avait souligné que «l’enquête (...) requiert une analyse minutieuse et un temps considérable pour parvenir à des conclusions concrètes».

Les boîtes noires de l’appareil, qui sont cruciales pour comprendre les causes d’un crash, ont été envoyées en France pour être décryptées par le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite