Ecolo lance un «ultime appel» au MR, au CD&V et au VLD pour qu’ils votent la loi climat

©Photonews
©Photonews

Les co-présidents d’Ecolo, Jean-Marc Nollet et Zakia Khattabi, ont lancé dimanche un « ultime appel » aux présidents du MR, du CD&V et de l’Open Vld pour qu’ils votent la loi Climat avant les élections.

«  La jeunesse de notre pays se mobilise. Les citoyens interpellent le monde politique. Chers collègues, ne leur envoyez pas une fin de non-recevoir. La loi Climat peut et doit aboutir avant les élections », a déclaré M. Nollet, à l’occasion du meeting de lancement de la campagne d’Ecolo.

Plusieurs objectifs

La proposition de loi spéciale climat, élaborée par des experts universitaires, vise à donner plus de cohérence à la politique climatique belge, éclatée entre le fédéral et les Régions. Elle assigne aussi au pays plusieurs objectifs, dont la réduction des gaz à effet de serre de l’ordre de 55 % d’ici à 2030 par rapport à 1990.

Début mars, le Conseil d’Etat a remis en cause une partie du dispositif sur lequel se fonde cette proposition de loi. La haute juridiction a toutefois proposé dans la foulée plusieurs pistes de solution.

«  Le Conseil d’État nous a dégagé le chemin : il suffit d’ajouter une phrase, une seule, dans l’article 7 bis de la Constitution. Gwendolyn, Charles, Wouter, votre responsabilité est énorme. Votons ce texte et allons ensemble capter ces emplois de demain qui feront tant de bien à notre Planète mais aussi tout simplement à notre santé », a poursuivi M. Nollet.

La mauvaise qualité de l’air coûte 2 années de vie

Pour illustrer son propos, le député fédéral a évoqué une étude démontrant que la mauvaise qualité de l’air coûte deux années de vie à chaque Belge. «  Alors, chers collègues des partis traditionnels, si l’argument du dérèglement climatique ne vous touche pas, soyez au moins sensibles à cet autre argument qui touche notre santé et plus encore celle de nos enfants », a-t-il lancé.

Les écologistes ont affirmé rester disponibles pour ajuster les modalités de la loi, tout en appelant les autres formations politiques à «  cesser de tergiverser » quant au changement de cap à donner.

«  Laissez la N-VA s’isoler toute seule mais vous, soyez cohérents avec l’accord que vous avez signé à Paris ! (…) Tournez-vous dès à présent vers l’avenir et votez avec nous la loi climat dès la semaine prochaine », a conclu Jean-Marc Nollet, sous les applaudissements nourris des militants.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Climat|Lois et règlements|Élections|Paris
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite