Crash en Ethiopie: l’analyse des boîtes noires montre des «similarités claires» avec le crash de Lion Air

Crash en Ethiopie: l’analyse des boîtes noires montre des «similarités claires» avec le crash de Lion Air

Les données des boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 qui s’est écrasé le 10 mars à l’est d’Addis Abeba, faisant 157 morts, ont mis en évidence des «  similarités claires » avec le crash en octobre d’un appareil du même type appartenant à la compagnie indonésienne Lion Air, a annoncé dimanche la ministre éthiopienne des Transports.

«  Lors de l’enquête sur l’enregistreur des paramètres (FDR – Flight data recorder), des similarités claires ont été notées entre le vol 302 d’Ethiopian Airlines et le vol 610 de Lion Air », a déclaré la ministre Dagmawit Moges au cours d’une conférence de presse, précisant que le rapport préliminaire sur les causes du crash en Ethiopie serait publié dans 30 jours.

► Boeing suspend les livraisons du modèle 737 MAX

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Crash d'un Boeing 737 MAX|Économie et finances
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. Oriol Junqueras a répondu pour la première fois depuis son incarcération aux questions des journalistes, réunis dans une rédaction à plus de 600 kilomètres de l’endroit où il est emprisonné.

    Les Catalans en campagne depuis la prison

  3. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite