Donald Trump menace l’émission SNL d’une enquête fédérale pour s’être moquée de lui

Donald Trump menace l’émission SNL d’une enquête fédérale pour s’être moquée de lui

Le président américain Donald Trump n’apprécie visiblement pas qu’on se moque de lui. Vraiment pas. C’est sur son réseau social préféré qu’il a choisi ce dimanche d’exprimer sa colère contre l’émission satirique Saturday Night Live, dont il est régulièrement la cible. Et Donald Trump n’y va pas de main morte : il menace le programme d’une enquête fédérale.

« C’est vraiment incroyable que des émissions comme Saturday Night Live, qui ne sont pas marrantes et n’ont aucun talent, peuvent passer tout leur temps à taper sur la même personne (moi), encore et encore, sans jamais mentionner le camp opposé », écrit Trump. « Comme une annonce publicitaire sans aucune conséquence. C’est la même chose avec les Late Night Shows. La Commission fédérale électorale ou la Commission fédérale des communications ne devrait-elle pas y jeter un coup d’œil ? Il y a sûrement collusion avec les Démocrates et, bien sûr, la Russie ! Une couverture médiatique tellement biaisée, des fake news pour la plupart. Difficile d’imaginer que j’ai gagné et que je gagne encore. Une cote de popularité à 52 %, 93 % avec les Républicains. Désolé  ! ».

Les programmes de divertissement sont protégés par la liberté d’expression mais Trump fait ici référence à la loi qui oblige les télévisions et radios américaines de donner le même temps d’antenne aux candidats différents partis politiques en prime time. Or, Trump n’est pas un candidat mais un président et SNL est un late night show, pas une émission de prime time, d’autant plus qu’il s’agit d’un programme parodique.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Lois et règlements|Donald Trump
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © René Breny - Le Soir

    Le prix des maisons a augmenté de 25% en huit ans

  2. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  3. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite