Vainqueur de Paris-Nice, Egan Bernal veut «garder les pieds sur terre»

Photo News
Photo News

Bernal a dû batailler jusque dans les derniers mètres pour s’offrir la victoire finale. Son compatriote Nairo Quintana, troisième au départ de l’étape à 46 secondes, a attaqué à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée, créant un groupe de 12 hommes en tête. « Quand plusieurs coureurs ont commencé à attaquer, je n’ai pas pu les suivre mais je comptais de toute façon sur mon équipe que je savais très solide », a expliqué Bernal. « Alors ça n’a pas été si difficile de rester calme, je crois en eux. L’équipe tout entière a roulé très fort à l’avant. On savait que c’était le dernier jour et qu’il fallait tout donner. Quintana a été très fort, mais nous avions Kwiatkowski, Sosa, Tao. Quand il a accéléré, j’ai hésité à le suivre mais je me serais retrouvé tout seul, j’ai préféré rester calme. Nicolas Portal connaît par cœur tous les détails de cette course, il maîtrise les vents, les routes, les écarts… Dans le final nous savions qu’avec mon avantage de 45 secondes j’étais à l’abri. »

Bernal pense à présent à la suite de sa saison. « Maintenant je vais me concentrer sur le Tour de Catalogne, et il sera temps de préparer le Giro. Ce sera mon premier grand Tour en tant que leader, alors je veux juste en profiter. Je ne préfère pas me demander si je peux gagner ou non. J’ai 22 ans, je suis jeune, je dois apprendre… et garder les pieds sur terre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10806513-006

    Par Eric Clovio

    Route

    Cyclisme: Lotto, le dernier challenge de Philippe Gilbert

  • Le Norvégien Odd Eiking.

    Par Eric Clovio, envoyé spécial en Norvège

    Route

    Arctic Race of Norway: Eiking offre… 500 kg de saumon à Wanty

  • BBT-010428.JPG

    Par E.C.

    Route

    Vainqueur du BinckBank Tour, Laurens De Plus prend son envol

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite