Macron écourte son séjour au ski à cause des violences à Paris: une ancienne photo agite les réseaux sociaux

Macron écourte son séjour au ski à cause des violences à Paris: une ancienne photo agite les réseaux sociaux

Mitraillé par l’opposition qui dénonce «  l’incompétence » de l’exécutif, Emmanuel Macron a dû écourter son week-end de ski samedi et promis des « décisions fortes » en réponse aux dégâts commis sur les Champs-Elysées lors de l’acte 18 des gilets jaunes.

► Macron à propos des saccages par des gilets jaunes à Paris : « Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices »

«  Nous avons aujourd’hui des gens qui essayent par tous les moyens (…) d’abîmer la République pour casser, pour détruire au risque de tuer », a affirmé le chef de l’Etat venu à la cellule de crise du ministère de l’Intérieur pour faire le point de nouvelles scènes de violences rappelant des épisodes précédents du mouvement social.

«  Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre mais très clairement la journée d’aujourd’hui montre que sur ce sujet-là et ces cas-là, nous n’y sommes pas », a-t-il admis.

Pour lui, « tous ceux qui étaient là se sont rendus complices » du saccage d’une partie des magasins, restaurants ou d’une succursale bancaire des Champs-Elysées, mené par quelque 1.500 personnes, dans une journée qui a rassemblé plus de 32.000 « gilets jaunes » en France.

La photo qui agite les réseaux sociaux

Une photo déchaîne les internautes. Mais c’est une photo prise en 2017 qui a été utilisée pour illustrer son séjour à La Mongie ce week-end. L’image a été utilisée par un sénateur LR pour dénoncer la « déconnexion » du Président, l’accusant de profiter de son repas pendant que « Paris brûlait ». Mais également par « Valeurs Actuelles » et l’humoriste belge Charline Vanhoenacker. Le problème, c’est que même si Emmanuel Macron était bien à La Mongie, la photo en question a été prise il y a deux ans.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite