Violences à Paris lors de l’acte 18 des gilets jaunes: Matignon admet des «dysfonctionnements»

Image d’illustration ©AFP
Image d’illustration ©AFP

Le gouvernement a admis des «  dysfonctionnements » dans le dispositif de sécurité mis en place samedi à Paris, où une partie des Champs-Elysées a été saccagée lors de l’acte 18 des gilets jaunes, et Edouard Philippe fera «  ses propositions d’adaptation à Emmanuel Macron lundi à 11H30 », a annoncé Matignon.

► Gilets jaunes: sept Belges interpellés lors de la manifestation qui a dégénéré à Paris samedi

«  L’analyse des événements d’hier met en évidence qu’il s’est révélé insuffisant dans son exécution pour contenir ces violences et éviter les agissements des casseurs. Il faut tirer toutes les conséquences de ces dysfonctionnements », a ajouté dimanche Matignon, à l’issue d’une réunion du chef du gouvernement avec les ministres de l’Intérieur Christophe Castaner et de la Justice Nicole Belloubet ainsi que le secrétaire d’Etat Laurent Nunez.

«  Notre dispositif avait été profondément adapté à la suite des événements du 1er décembre », ajoute Matignon, en référence à un premier pic de violences avait été atteint en marge du mouvement social des « gilets jaunes ».

Acte XVIII des gilets jaunes: le chaos à Paris

Une violence inacceptable

Le Premier ministre « fera ses propositions d’adaptation au président de la République demain à 11H30 pour renforcer la doctrine et s’assurer à tout moment de la fermeté de son exécution. Les annonces seront faites dans les heures suivantes », précise encore Matignon.

Le gouvernement dénonce une nouvelle fois des «  événements d’une violence inacceptable contre les biens et des personnes » qui « doivent être condamnés avec la plus grande fermeté ». «  Ils sont le fait de casseurs, de pillards, d’incendiaires, et tous ceux qui encouragent de tels actes sont leurs complices », juge Matignon.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite