Gilets jaunes: l’IGPN saisie après une vidéo montrant un policier prenant des vêtements

Gilets jaunes: l’IGPN saisie après une vidéo montrant un policier prenant des vêtements

Une enquête de l’IGPN a été ouverte après la diffusion d’une vidéo montrant un policier mettant des vêtements dans un sac, en marge de pillages lors de la manifestation de gilets jaunes samedi à Paris, a appris l’AFP dimanche auprès de la préfecture de police (PP).

► Un journaliste matraqué après avoir filmé un CRS semblant piller des maillots du PSG (vidéo)

La séquence tournée samedi par un journaliste du média en ligne Brut et diffusée sur les réseaux sociaux, montre un agent d’une compagnie d’intervention de la préfecture de police de Paris, sur les Champs-Elysées, en train de plier des maillots blancs et bleus à manches longues, avant de les mettre dans un sac à dos.

La scène filmée se conclut par un coup de matraque d’un autre fonctionnaire présent sur place au caméraman qui proteste vigoureusement.

Flambée de violences

Les faits sont survenus après le pillage de la boutique du Paris Saint-Germain située sur la célèbre avenue, victime de vols comme de nombreux autres commerces, lors de la manifestation des gilets jaunes.

Le 18e acte samedi de manifestation du mouvement, qui a rassemblé 32.300 personnes en France, selon les chiffres du gouvernement, a été marqué par une nouvelle flambée de violences. Deux cents personnes ont été placées en garde à vue, dont sept Belges.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite