Enchères insuffisantes pour la Porsche ayant appartenu à Johnny Hallyday

Enchères insuffisantes pour la Porsche ayant appartenu à Johnny Hallyday

Prix de réserve non atteint : une Porsche 928 S4 GT de 1991 ayant appartenu à Johnny Hallyday dans les années 90, proposée aux enchères dimanche à Paris, n’a pas trouvé preneur, faute d’enchères suffisantes, a-t-on appris auprès de la maison de ventes Aguttes.

Equipé d’un moteur V8 de 330 chevaux, le véhicule, acheté neuf par Johnny Hallyday en 1991, a changé de mains plusieurs fois. Avec 122.000 kms au compteur, cette Porsche était estimée entre 90.000 et 110.000 euros. Elle était proposée avec son carnet original de maintenance, attestant de son premier propriétaire.

L’année dernière, une Ferrari 512 TR rouge avec 428 cv sous le capot, ayant appartenu aussi dans les années 1990 à Johnny, avait été adjugée 240.000 euros (avec frais), deux fois son estimation.

D’autres ventes

Au cours de la même vente d’automobiles de collection, dimanche à Paris, une traction Citroën Victoria de 1939, avec un moteur d’origine de 15cv et 6 cylindres, parmi les icônes de l’automobile, a été vendue près de 135.000 euros (avec frais), plus de deux fois l’estimation, un record du monde pour cette marque française et cette catégorie, selon la maison Aguttes.

Enfin, cinq véhicules customisés en « voitures jouets » par Uber, ont été adjugés près de 25.000 euros, au profit de la Fondation des apprentis d’Auteuil.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite