WTA Indian Wells: premier titre pour la jeune Canadienne Bianca Andreescu

@AFP
@AFP

La Canadienne Bianca Andreescu, 18 ans, 60e joueuse mondiale, a remporté le tournoi, de tennis WTA Premier d’Indian Wells, épreuve sur surface dure dotée de 9.035.428 dollars, dimanche. Andreescu a battu en finale 6-4, 3-6, 6-4 l’Allemande Angelique Kerber, 31 ans, 8e joueuse mondiale. La rencontre a duré 2 heures et 19 minutes.

Andreescu était déjà entrée dans l’histoire du tournoi d’Indian Wells en tant que première joueuse « invitée », ou bénéficiaire d’une « wild-card » à se hisser en finale.

La jeune Canadienne est la révélation de ce début de saison. Elle a atteint la finale à Auckland et la demi-finale à Acapulco, remportant 28 rencontres en 2019, plus qu’aucune autre joueuse. Elle décroche son premier titre WTA.

Kerber compte 12 titres à son palmarès, dont trois en Grand Chelem, l’Open d’Australie et l’US Open en 2016 et Wimbledon l’an passé.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©Photonews

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Que de regrets pour Elise Mertens à Stuttgart!

  • @Belga

    Équipe belge de Fed Cup: désespoir et des espoirs

  • @News

    Par A Monte-Carlo, Yves Simon

    ATP - WTA

    Rendez-vous en terre inconnue…

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite