Le gouvernement wallon perd sa majorité

Le gouvernement wallon perd sa majorité

La députée wallonne Patricia Potigny a rallié les « listes Destexhe », rapportent lundi La Dernière Heure et La Libre Belgique. Le gouvernement wallon a ainsi perdu sa majorité, cette dernière, MR-CDH, ne tenant qu’à un siège.

Le gouvernement Borsus qui comptait 38 sièges sur 75 au sein de l’assemblée régionale n’en dispose dès lors plus que de 37.

« En fonction des décrets qui seront soumis au vote en séance plénière, je les étudierai au cas par cas avec mon collègue André-Pierre Puget (un député wallon qui avait déjà rallié le parti d’Alain Destexhe, NDLR) », a confié la députée qui rappelle qu’il y a encore de gros dossiers sur la table comme la réforme des APE.« Il n’y aura plus de vote systématique (…) avec le petit doigt sur la couture du pantalon », a-t-elle prévenu.

« Nous ne voulons pas faire tomber l’exécutif wallon ; nous voulons simplement pouvoir donner notre avis et éventuellement amender les textes », a précisé pour sa part Alain Destexhe qui a annoncé son départ du MR il y a deux semaines.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

  3. Photo testamentaire.

    Et ce fut la fin des Beatles

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite