Grève en Wallonie: les services TEC perturbés

© AVPress
© AVPress

Les réseaux du TEC sont perturbés ce lundi à des degrés divers en raison de la manifestation contre la marchandisation des services à Namur. La CGSP et la CSC ont déposé un préavis qui couvre les agents qui souhaitent y participer. D’importantes perturbations sont à prévoir à Charleroi, notamment.

Si l’ensemble du réseau des TEC est concerné, la plupart des lignes circulent normalement dans les provinces de Namur et Luxembourg ainsi qu’à Liège et Verviers.

Dans le Hainaut, certaines lignes ne seront que partiellement assurées dans les régions de Mons et du Centre, notamment. Il est conseillé aux voyageurs de consulter les listes détaillées des parcours supprimés sur le site web du TEC.

À Charleroi, « d’importantes perturbations sont à prévoir », souligne la société wallonne de transport public. Plusieurs voyages ont déjà été supprimés.

Enfin, quelques perturbations sont également à noter dans le Brabant wallon.

►Le point sur les perturbations

Un vote décisif mercredi

La manifestation contre la marchandisation des services est prévue à 10h00 devant la gare de Namur et devrait se terminer vers 12h00 place Saint-Aubain. L’action vise notamment à dénoncer l’asphyxie financière du secteur associatif ainsi que la diminution de moyens pour les services publics, engendrés notamment par la réforme des APE.

À la manifestation de ce matin à Namur s’ajoute la défection inopinée d’une députée régionale MR. À deux jours d’un vote décisif, le gouvernement régional est minoritaire.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Grève|Manifestations|Namur (prov. de Namur)|TEC
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. SOCCER JUSTICE SPORTING ANDERLECHT TRAINING CENTER SEARCH

    Un air de sérénité pendant les perquisitions à Anderlecht

  2. Emmanuel Macron est très attendu pour son face à face avec la presse, ce jeudi en début de soirée.

    Macron: la suppression de l’ENA, mais encore?

  3. Tous les partis francophones s’accordent pour appellent à la création d’une instance de contrôle totalement indépendante.

    Survol de Bruxelles: la position des différents partis

Chroniques
  • Un «Stemtest» pour voter en connaissance de cause

    Sa première annonce, il y a quelques semaines, était plutôt hésitante : « Ah oui, le président de parti me murmure que je dois dire explicitement que je suis candidat Premier ministre. » Depuis cette révélation, Jan Jambon, vice-Premier ministre dans le gouvernement précédent, ne cesse de le répéter, d’abord à la presse flamande ; après en français, et même dans un clip lancé sur tous les réseaux sociaux : « Je suis Jan Jambon, et je suis candidat Premier ministre. » Pour Charles Michel, l’actuel Premier ministre, c’est son porte-parole, Georges-Louis Bouchez, qui répond au micro de LN24 : « Charles Michel serait un meilleur Premier ministre, j’en suis certain ». Puis, n’oublions pas Elio Di Rupo, toujours président du PS, qui, déjà en automne 2018, expliquait sur le plateau de Jeudi En Prime qu’« être Premier ministre signifie...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite