ATP Indian Wells: Dominic Thiem s’impose en finale face à Roger Federer (vidéos)

©Photonews
©Photonews

L’Autrichien Dominic Thiem a privé le Suisse Roger Federer d’un énième record, en le battant en finale du Masters 1000 d’Indian Wells, dimanche. Thiem, 8e mondial, s’est imposé en trois sets 3-6, 6-3, 7-5 après deux heures et deux minutes de jeu.

Il s’est offert le douzième titre de sa carrière, le premier dans un Masters 1000, la catégorie de tournois la plus importante après ceux du Grand Chelem.

L’Autrichien, 25 ans, a surtout privé Federer d’un sixième sacre à Indian Wells, ce qui en aurait fait le joueur le plus titré dans le tournoi californien. Déjà battu en finale de l’édition 2018, Federer pouvait empocher le 101e titre de sa carrière, deux semaines après avoir passé le chiffre mythique des 100 titres début mars à Dubaï.

Le N.4 mondial a très bien débuté sa finale et semblait totalement en contrôle. Mais il s’est déréglé dans le deuxième set. Puis, dans la manche décisive, il est passé à deux points de la victoire à 5-4. Le Suisse, 37 ans, a craqué dans le onzième jeu avec deux amorties contrées par des volleys gagnants par son adversaire qui a alors pris son service et remporté le titre le plus important de sa carrière au jeu suivant.

« Cela reste une bonne semaine pour moi, même si cela ne s’est pas terminé comme je l’espérais », a déclaré Federer qui disputait sa neuvième finale à Indian Wells. « Dominic a très bien joué à la fin du 3e set et il mérite sa victoire », a-t-il reconnu.

Après sa victoire, Thiem a confié que « ce qu’il s’est passé lors des dix derniers jours est assez irréel ». « Quand je suis arrivé, je n’étais pas du tout en forme et je suis maintenant champion d’Indian Wells, c’est incroyable de me dire que je viens de remporter le titre le plus important de ma carrière. Battre Roger Federer, c’est fort, car c’est une légende de notre sport. Pour nous les jeunes, c’est un privilège de l’affronter, j’espère qu’il va continuer à jouer encore quelques années. J’apprends beaucoup quand je joue face à lui, son premier set était extraordinaire (...) Quand on joue contre Roger, ou Rafa (Nadal) ou Novak (Djokovic), il faut aussi battre tout ce qu’ils représentent, leur aura, il faut doublement bien jouer (...) C’est un joueur complet, je savais que cela allait être serré et effectivement, cela s’est joué à pas grand-chose, mais ce n’est pas vraiment la stratégie qui a fait la différence. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite