ATP Indian Wells: Dominic Thiem s’impose en finale face à Roger Federer (vidéos)

©Photonews
©Photonews

L’Autrichien Dominic Thiem a privé le Suisse Roger Federer d’un énième record, en le battant en finale du Masters 1000 d’Indian Wells, dimanche. Thiem, 8e mondial, s’est imposé en trois sets 3-6, 6-3, 7-5 après deux heures et deux minutes de jeu.

Il s’est offert le douzième titre de sa carrière, le premier dans un Masters 1000, la catégorie de tournois la plus importante après ceux du Grand Chelem.

L’Autrichien, 25 ans, a surtout privé Federer d’un sixième sacre à Indian Wells, ce qui en aurait fait le joueur le plus titré dans le tournoi californien. Déjà battu en finale de l’édition 2018, Federer pouvait empocher le 101e titre de sa carrière, deux semaines après avoir passé le chiffre mythique des 100 titres début mars à Dubaï.

Le N.4 mondial a très bien débuté sa finale et semblait totalement en contrôle. Mais il s’est déréglé dans le deuxième set. Puis, dans la manche décisive, il est passé à deux points de la victoire à 5-4. Le Suisse, 37 ans, a craqué dans le onzième jeu avec deux amorties contrées par des volleys gagnants par son adversaire qui a alors pris son service et remporté le titre le plus important de sa carrière au jeu suivant.

« Cela reste une bonne semaine pour moi, même si cela ne s’est pas terminé comme je l’espérais », a déclaré Federer qui disputait sa neuvième finale à Indian Wells. « Dominic a très bien joué à la fin du 3e set et il mérite sa victoire », a-t-il reconnu.

Après sa victoire, Thiem a confié que « ce qu’il s’est passé lors des dix derniers jours est assez irréel ». « Quand je suis arrivé, je n’étais pas du tout en forme et je suis maintenant champion d’Indian Wells, c’est incroyable de me dire que je viens de remporter le titre le plus important de ma carrière. Battre Roger Federer, c’est fort, car c’est une légende de notre sport. Pour nous les jeunes, c’est un privilège de l’affronter, j’espère qu’il va continuer à jouer encore quelques années. J’apprends beaucoup quand je joue face à lui, son premier set était extraordinaire (...) Quand on joue contre Roger, ou Rafa (Nadal) ou Novak (Djokovic), il faut aussi battre tout ce qu’ils représentent, leur aura, il faut doublement bien jouer (...) C’est un joueur complet, je savais que cela allait être serré et effectivement, cela s’est joué à pas grand-chose, mais ce n’est pas vraiment la stratégie qui a fait la différence. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite