Des gilets jaunes et verts bloquent le centre d’investissements de BNP Paribas Fortis à Bruxelles

Photo Twitter du compte de BX1
Photo Twitter du compte de BX1

Des militants de Act for Climate Justice ont mené des actions lundi matin aux abords de diverses grandes banques, a annoncé l’association dans un communiqué. Ils dénoncent les « investissements massifs dans les énergies fossiles » de ces banques.

Des centaines d’autocollants ont été apposés à proximité des distributeurs d’argent à Namur, Liège, Gand, Anvers, Bruxelles, Mons, Nivelles et Gembloux. Une action symbolique était également menée devant le centre d’investissement de BNP Paribas Fortis, non loin de la gare du Nord à Bruxelles. Une centaine d’activistes y étaient « enchaînés » à des tubes et des barils de béton.

Une action de blocage a également été menée dans la nuit de dimanche à lundi au dépôt Total de Feluy, par les gilets jaunes d’Action citoyenne.

« Selon les gilets jaunes et les activistes de Act for Climate Justice, les responsables des inégalités sociales et du changement climatique sont les mêmes : les entreprises multinationales et le secteur financier qui détruisent la planète et exploitent les travailleurs dans le but de maximiser leurs profits. Le GIEC insiste sur la nécessité de rompre notre dépendance aux énergies fossiles. Malgré ces avertissements, les principales banques belges investissent des milliards dans ce secteur, empêchant tout changement ambitieux », affirment les militants dans un communiqué.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite