Classement WTA: Elise Mertens 14e, Andreescu gagne 36 places, Kvitova à la poursuite d’Osaka

©Photonews
©Photonews

Elise Mertens a gagné deux places au classement WTA publié lundi à l’issue du tournoi d’Indian Wells remporté par la jeune Canadienne de 18 ans, Bianca Andreescu qui en profite pour gagner 36 places et se positionner à la 24e place mondiale.

Numéro 1 belge, Elise Mertens, 23 ans, figure à présent à la 14e place mondiale, elle qui avait cependant été éliminée au troisième tour du tournoi californien par la Chinoise Qiang Wang (WTA 18). Avec la Bélarusse Aryna Sabalenka, Elise Mertens a cependant gagné le double à Indian Wells et en profite pour faire son entrée dans le top 10 du classement mondial (10e en double, +1).

Victorieuse en finale de l’Allemande Angelique Kerber (qui gagne 4 places pour venir au 4e rang WTA), Bianca Andreescu grimpe à la 24e place d’une hiérarchie toujours dominée par la Japonaise Naomi Osaka qui voit fondre sur elle la Tchèque Petra Kvitova, deuxième désormais devant Simona Halep. La Roumaine, éliminée en 8es de finale à Indian Wells, glisse à la 3e place. L’Ukrainienne Elina Svitolina, demi-finaliste face à Andreescu, gagne une place de son côté et complète le top 5 avant le rendez-vous de Miami.

Côté belge encore à noter la progression d’Ysaline Bonaventure qui gagne 22 places pour grimper au 122e rang de la hiérarchie mondiale devenant du même coup la quatrième belge au classement derrière Elise Mertens, Alison Van Uytvanck qui campe sur sa 51e place et Kirsten Flipkens qui garde aussi son 56e rang mondial. Bonaventure dépasse Yanina Wickmayer en recul de 8 places (WTA 141).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Rodriguez

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    ATP - WTA

    Carlos Rodriguez est de retour sur le circuit: «On ne bâtit pas une carrière sur le bling-bling»

  • ©News

    Par François Laurent

    Tennis

    Caroline Wozniacki a choisi l’Open d’Australie pour faire ses adieux

  • TENNIS : Madrid 2019 - 24_11_2019

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    En six mois, Rafael Nadal est passé de zéro à héros

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite