Classement WTA: Elise Mertens 14e, Andreescu gagne 36 places, Kvitova à la poursuite d’Osaka

©Photonews
©Photonews

Elise Mertens a gagné deux places au classement WTA publié lundi à l’issue du tournoi d’Indian Wells remporté par la jeune Canadienne de 18 ans, Bianca Andreescu qui en profite pour gagner 36 places et se positionner à la 24e place mondiale.

Numéro 1 belge, Elise Mertens, 23 ans, figure à présent à la 14e place mondiale, elle qui avait cependant été éliminée au troisième tour du tournoi californien par la Chinoise Qiang Wang (WTA 18). Avec la Bélarusse Aryna Sabalenka, Elise Mertens a cependant gagné le double à Indian Wells et en profite pour faire son entrée dans le top 10 du classement mondial (10e en double, +1).

Victorieuse en finale de l’Allemande Angelique Kerber (qui gagne 4 places pour venir au 4e rang WTA), Bianca Andreescu grimpe à la 24e place d’une hiérarchie toujours dominée par la Japonaise Naomi Osaka qui voit fondre sur elle la Tchèque Petra Kvitova, deuxième désormais devant Simona Halep. La Roumaine, éliminée en 8es de finale à Indian Wells, glisse à la 3e place. L’Ukrainienne Elina Svitolina, demi-finaliste face à Andreescu, gagne une place de son côté et complète le top 5 avant le rendez-vous de Miami.

Côté belge encore à noter la progression d’Ysaline Bonaventure qui gagne 22 places pour grimper au 122e rang de la hiérarchie mondiale devenant du même coup la quatrième belge au classement derrière Elise Mertens, Alison Van Uytvanck qui campe sur sa 51e place et Kirsten Flipkens qui garde aussi son 56e rang mondial. Bonaventure dépasse Yanina Wickmayer en recul de 8 places (WTA 141).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©News

    Par Yves Simon

    Tennis

    Tennis: Andy Murray prêt à descendre d’un cran

  • Le Sud-Coréen est actuellement 212
e
 à l’ATP.

    Par Yves Simon

    Tennis

    Tennis: Duckhee Lee, jeu, sourd et match

  • SPO-TEN-WTA-WESTERN-&-SOUTHERN-OPEN---DAY-9

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Finaliste à Cincinnati, David Goffin a superbement relancé sa saison

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite