91 commerces dégradés, 250 gardes à vue: «Un bilan très lourd» après l’acte 18 des gilets jaunes à Paris

91 commerces dégradés, 250 gardes à vue: «Un bilan très lourd» après l’acte 18 des gilets jaunes à Paris

Près de 100 commerces ont été touchés samedi à Paris en marge de l’acte 18 des gilets jaunes, notamment sur les Champs-Élysées «  où la très grande majorité des commerces » ont été atteints, a affirmé la CCI d’Ile-de-France lundi, évoquant « un bilan très lourd ».

«  91 commerces ont été impactés par les manifestations, dont 80 % assez lourdement touchés (casse, vols, incendies…) », précise la Chambre de commerce et d’industrie de Paris et d’Ile-de-France dans un communiqué, sans pouvoir préciser le montant global des dégâts.

Sur les Champs-Élysées, la très grande majorité des commerces, «  ainsi d’ailleurs que les entrées d’immeuble dès lors qu’elles sont vitrées » précise le communiqué, des cafés-restaurants et d’une part importante des kiosques, ont été atteints.

Ces commerces sont majoritairement des enseignes nationales et internationales (85 à 90 % des commerces).

«  Au moins trois kiosques à journaux ont été quasiment détruits », ajoute la CCI, qui souligne que « les employeurs et leurs salariés rencontrés sont traumatisés par la répétition et l’intensité des violences ».

Acte XVIII des gilets jaunes: le chaos à Paris

«  Tous les secteurs d’activité ont été touchés : restauration, hôtellerie, équipement de la personne, équipement sport et mode, bijouterie-joaillerie-horlogerie, téléphonie et technologie, parfumerie-cosmétique et optique, boulangerie-pâtisserie et généralistes, banques… », souligne la CCI.

Samedi, les images de pillages et d’incendie du restaurant Fouquet’s, de magasins ou d’une succursale bancaire des Champs-Elysées, vitrine de la France à l’étranger, ont tourné en boucle dans les médias, même si elles tranchaient avec celles des autres défilés globalement très calmes samedi de dizaines de milliers de manifestants gilets jaunes ou pour le climat dans la capitale et le reste du pays.

92 personnes toujours en garde à vue dimanche

92 personnes se trouvaient toujours en garde à vue et 97 autres doivent être présentées à la justice en vue de suites judiciaires, a annoncé dimanche soir le parquet de Paris. Sept Belges ont été placées en garde à vue et recevront une aide consulaire de la Belgique.

Selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, quelque 1.500 militants « ultra-violents » s’étaient infiltrés parmi les 10.000 manifestants recensés à Paris.

Selon de nouveaux chiffres communiqués dimanche soir par le parquet de Paris 250 personnes, dont 21 mineurs, ont été placées en garde à vue en marge de cette journée de mobilisation.

► Gilets jaunes : sept Belges interpellés lors de la manifestation qui a dégénéré à Paris samedi

Parmi les 229 majeurs concernés, 87 se trouvaient toujours en garde à vue dans la soirée tandis que 93 autres devaient être présentés dimanche au parquet en vue de suites judiciaires. Selon ce bilan, 36 majeurs sont ressortis libres sans être poursuivis et deux autres ont été convoqués pour se voir notifier des mesures alternatives aux poursuites judiciaires. Les investigations se poursuivaient par ailleurs pour onze personnes, qui ont vu leur garde à vue levée.

Concernant les 21 mineurs, quatre doivent être présentés au parquet et cinq étaient toujours en garde à vue dimanche soir. Dix mineurs ont par ailleurs été remis en liberté sans faire l’objet de poursuite et deux doivent être convoqués devant la justice.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gilets jaunes|Joaillerie|Paris
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite